Les opérateurs China Mobile, China Unicom et China Telecom, ainsi que la chaîne publique China Broadcasting Network Corporation, tous les quatre aux mains du gouvernement chinois, se voient attribuer chacun une licence 5G.

Le lancement de leurs réseaux respectifs est prévu pour 2020 et ce, même si China Mobile, le plus grand des trois opérateurs, indique sa volonté de proposer des services 5G d'ici la fin septembre déjà dans quarante villes chinoises, selon l'agence de presse Reuters. La Chine veut déployer la 5G à grande échelle, afin d'exploiter cette nouvelle technologie notamment dans les voitures autonomes.

La répartition des licences est aussi une bonne nouvelle pour Huawei, qui fabrique du matériel 5G. L'entreprise pourra ainsi faire largement la démonstration de sa technologie sur le territoire national. Les autorités chinoises ont cependant annoncé que des acteurs étrangers, tels Ericsson et Nokia, pourront prendre part au déploiement de la 5G.

De l'autre côté de l'océan, le Canada signale aussi vouloir mettre le spectre 5G aux enchères. Celles-ci, qui devraient normalement démarrer l'année prochaine, seront ajustées, afin d'ajouter des fréquences supérieures pour le 'millimeter wave spectrum' d'ici 2021, ainsi qu'une nouvelle fréquence à l'horizon 2022.