TikTok permet à ses utilisateurs de réaliser de brèves vidéos et est connue dans le monde entier. La semaine dernière déjà, l'Inde a pris la décision de bloquer 59 applis chinoises, dont TikTok. Et l'Australie examinerait elle aussi une exclusion.

TikTok est la propriété de l'entreprise chinoise ByteDance, mais la firme prétend opérer de manière indépendante de l'organisation-mère. Les données des utilisateurs de TikTok ne seraient jamais transférées vers la Chine. En Chine même, l'appli n'est pas disponible, mais une version locale y est proposée sous l'appellation Douyin.

Retrait de Hong Kong

TikTok a elle-même décidé cette semaine de se retirer de Hong Kong. Selon un porte-parole de l'entreprise, cela est dû à de 'récents événements'. A Hong Kong, qui dispose d'un statut spécial au sein de la Chine, une loi de sécurité controversée est récemment entrée en vigueur. Cette loi interdit notamment le séparatisme et la conspiration avec des puissances étrangères. La police a en outre reçu davantage de compétences.

L'introduction de cette loi pose problème au niveau international. Des esprits critiques disent que le statut spécial de Hong Kong est ainsi sapé. Des entreprises telles Google, Facebook et Twitter ont déjà déclaré ne plus vouloir temporairement partager des informations avec les autorités d'Hong Kong.

TikTok permet à ses utilisateurs de réaliser de brèves vidéos et est connue dans le monde entier. La semaine dernière déjà, l'Inde a pris la décision de bloquer 59 applis chinoises, dont TikTok. Et l'Australie examinerait elle aussi une exclusion.TikTok est la propriété de l'entreprise chinoise ByteDance, mais la firme prétend opérer de manière indépendante de l'organisation-mère. Les données des utilisateurs de TikTok ne seraient jamais transférées vers la Chine. En Chine même, l'appli n'est pas disponible, mais une version locale y est proposée sous l'appellation Douyin.Retrait de Hong KongTikTok a elle-même décidé cette semaine de se retirer de Hong Kong. Selon un porte-parole de l'entreprise, cela est dû à de 'récents événements'. A Hong Kong, qui dispose d'un statut spécial au sein de la Chine, une loi de sécurité controversée est récemment entrée en vigueur. Cette loi interdit notamment le séparatisme et la conspiration avec des puissances étrangères. La police a en outre reçu davantage de compétences.L'introduction de cette loi pose problème au niveau international. Des esprits critiques disent que le statut spécial de Hong Kong est ainsi sapé. Des entreprises telles Google, Facebook et Twitter ont déjà déclaré ne plus vouloir temporairement partager des informations avec les autorités d'Hong Kong.