Selon le juge, l'Etat américain a le droit de réclamer ces rentrées, parce que Snowden a enfreint les accords secrets qu'il avait conclus avec le Bureau de Sécurité Nationale (NSA) et avec la CIA. Snowden aurait dû en effet faire lire son livre par ces services, avant qu'il ne soit publié, comme l'a estimé le juge.

Pour rappel, en 2013, l'ex-officier des renseignements avait remis à des journalistes des documents secrets à propos d'activités d'espionnage de la part de la NSA et de son pendant britannique GCHQ. Après avoir quitté le pays, il avait trouvé refuge en Russie jusqu'en 2020.

Dans ses mémoires intitulées Permanent record (Mémoires vives en français), Snowden explique comment il a aidé à développer le système de sécurité et pourquoi il a décidé de l'exposer. Le gouvernement américain l'a accusé de revendiquer les rentrées financières du livre, mais ne s'est pas opposé à sa publication.

Selon le juge, l'Etat américain a le droit de réclamer ces rentrées, parce que Snowden a enfreint les accords secrets qu'il avait conclus avec le Bureau de Sécurité Nationale (NSA) et avec la CIA. Snowden aurait dû en effet faire lire son livre par ces services, avant qu'il ne soit publié, comme l'a estimé le juge.Pour rappel, en 2013, l'ex-officier des renseignements avait remis à des journalistes des documents secrets à propos d'activités d'espionnage de la part de la NSA et de son pendant britannique GCHQ. Après avoir quitté le pays, il avait trouvé refuge en Russie jusqu'en 2020.Dans ses mémoires intitulées Permanent record (Mémoires vives en français), Snowden explique comment il a aidé à développer le système de sécurité et pourquoi il a décidé de l'exposer. Le gouvernement américain l'a accusé de revendiquer les rentrées financières du livre, mais ne s'est pas opposé à sa publication.