Le directeur néerlandais Ben Verwaayen fait perdre patience aux actionnaires d'Alcatel-Lucent. La pression exercée sur les administrateurs en vue de le remplacer s'accroît toujours davantage. Plus tôt ce mois-ci, Alcatel-Lucent avait surpris tant ses investisseurs que ses actionnaires en réduisant ses prévisions de bénéfice pour 2011. Depuis juillet, l'action de l'entreprise franco-américaine a déjà perdu deux tiers de sa valeur.

Quelques top-managers d'Alcatel-Lucent rechercheraient entre-temps déjà un successeur à Verwaayen, peut-on lire dans The Wall Street Journal.

Le président du conseil d'administration d'Alcatel-Lucent, Philippe Camus, accorderait pour sa part encore sa confiance au Néerlandais.

Le directeur néerlandais Ben Verwaayen fait perdre patience aux actionnaires d'Alcatel-Lucent. La pression exercée sur les administrateurs en vue de le remplacer s'accroît toujours davantage. Plus tôt ce mois-ci, Alcatel-Lucent avait surpris tant ses investisseurs que ses actionnaires en réduisant ses prévisions de bénéfice pour 2011. Depuis juillet, l'action de l'entreprise franco-américaine a déjà perdu deux tiers de sa valeur. Quelques top-managers d'Alcatel-Lucent rechercheraient entre-temps déjà un successeur à Verwaayen, peut-on lire dans The Wall Street Journal. Le président du conseil d'administration d'Alcatel-Lucent, Philippe Camus, accorderait pour sa part encore sa confiance au Néerlandais.