Remontons à janvier 1986. Brain voit le jour. Ou mieux: il est découvert. Brain est ce qu'on appelle un 'boot sector virus' qui infecte les ordinateurs par le biais de disquettes. En soi, Brain ne semble pas vraiment dangereux, mais c'est l'ancêtre des innombrables dangers que nous connaissons aujourd'hui. Les secteurs d'amorçage sont à présent bien loin, de même d'ailleurs que les disquettes, mais il n'empêche que ce virus a tenu le coup jusqu'en 1995. Comme la propagation se déroulait au moyen de disquettes, un seul virus pouvait survivre des années durant.1995 a vu la naissance d'une nouvelle bestiole, le macro virus qui tentait d'exploiter les points faibles des versions précoces de Windows. A l'époque, il fallait plus ou moins un mois avant qu'un virus découvert devienne un problème mondial. Cette durée s'est singulièrement réduite lorsque l'e-mail fit son entrée. Les vers ont alors été capables de déclencher une épidémie mondiale en un seul jour. L'un des premiers et des plus connus fut le ver ILOVEYOU qui causa d'énormes dégâts.Depuis 2001, les vers de réseaux (comme Blaster ou Sasser) peuvent provoquer des infections massives en même pas une heure. Les vers e-mail foisonnent eux aussi. Pourtant, un changement a été enregistré au niveau de la mentalité des auteurs de virus. Aujourd'hui, il ne s'agit en effet plus de "pirates pères de famille", mais de véritables criminels poussés par l'appât du gain.L'internet sans fil constitue assurément le plus récent champ d'action. Les spécialistes antivirus en sont réduits aux conjectures à propos de la façon dont les virus se manifesteront à l'avenir. Ou pour reprendre les paroles d'un spécialiste de la sécurité de l'entreprise antivirus F-Secure: "Il sera intéressant de voir le genre de virus que nous devrons combattre d'ici une vingtaine d'années. Des virus informatiques qui infestent les maisons, peut-être?"

Remontons à janvier 1986. Brain voit le jour. Ou mieux: il est découvert. Brain est ce qu'on appelle un 'boot sector virus' qui infecte les ordinateurs par le biais de disquettes. En soi, Brain ne semble pas vraiment dangereux, mais c'est l'ancêtre des innombrables dangers que nous connaissons aujourd'hui. Les secteurs d'amorçage sont à présent bien loin, de même d'ailleurs que les disquettes, mais il n'empêche que ce virus a tenu le coup jusqu'en 1995. Comme la propagation se déroulait au moyen de disquettes, un seul virus pouvait survivre des années durant.1995 a vu la naissance d'une nouvelle bestiole, le macro virus qui tentait d'exploiter les points faibles des versions précoces de Windows. A l'époque, il fallait plus ou moins un mois avant qu'un virus découvert devienne un problème mondial. Cette durée s'est singulièrement réduite lorsque l'e-mail fit son entrée. Les vers ont alors été capables de déclencher une épidémie mondiale en un seul jour. L'un des premiers et des plus connus fut le ver ILOVEYOU qui causa d'énormes dégâts.Depuis 2001, les vers de réseaux (comme Blaster ou Sasser) peuvent provoquer des infections massives en même pas une heure. Les vers e-mail foisonnent eux aussi. Pourtant, un changement a été enregistré au niveau de la mentalité des auteurs de virus. Aujourd'hui, il ne s'agit en effet plus de "pirates pères de famille", mais de véritables criminels poussés par l'appât du gain.L'internet sans fil constitue assurément le plus récent champ d'action. Les spécialistes antivirus en sont réduits aux conjectures à propos de la façon dont les virus se manifesteront à l'avenir. Ou pour reprendre les paroles d'un spécialiste de la sécurité de l'entreprise antivirus F-Secure: "Il sera intéressant de voir le genre de virus que nous devrons combattre d'ici une vingtaine d'années. Des virus informatiques qui infestent les maisons, peut-être?"