Après un printemps où les acteurs de la connaissance ont surtout travaillé à domicile et suite à la nouvelle vague qui déferle actuellement sur l'Europe, diverses firmes technologiques révèlent les résultats de leurs enquêtes respectives en matière de télétravail.

Selon Cisco, qui a interrogé 300 Belges, 84 pour cent d'entre eux pourront choisir l'année prochaine de travailler à domicile et donc organiser eux-mêmes leur horaire. 55 pour cent aspirent à la même autonomie que pendant le confinement.

C'est là un fameux changement, lorsqu'on sait que seuls cinq pour cent des personnes interrogées avant le confinement travaillaient chez elles. Mais l'expérience semble avoir été positive, puisque 47 pour cent ressentent davantage de confiance de la part des membres de la direction et peuvent mieux combiner travail et vie privée. 48 pour cent des personnes interrogées ont bougé plus et 56 pour cent souhaitent à l'avenir effectuer moins de déplacements.

HP Inc a interrogé pour sa part mille Belges. Soixante pour cent affirment vouloir désormais travailler à la maison au moins un jour par semaine. 52 pour cent veulent même le faire plus souvent. 29 pour cent indiquent que le télétravail leur donne un meilleur équilibre entre travail et vie privée.

Pour ce qui est du retour au bureau, 51 pour cent déclarent le vouloir surtout pour les contacts sociaux. 48 pour cent affirment que le télétravail réduit les relations avec leurs collègues, un résultat valant pour toutes les générations.

Technologie

En tant que vendeur de PC, d'imprimantes et d'appareils périphériques, HP insiste aussi sur le fait que 70 pour cent des répondants signalent que la technologie est nécessaire pour pouvoir effectuer correctement leur travail. 58 pour cent indiquent utiliser davantage la technologie qu'avant la crise.

Mais le télétravail doit aussi être supporté. Des réponses reçues par HP, on observe que 54 pour cent s'attendent à ce que l'employeur leur fournisse un ordinateur portable, 44 pour cent comptent aussi sur de l'équipement périphérique comme un clavier, une souris ou un casque, 42 pour cent tablent sur des logiciels ad hoc. HP constate aussi que 41 pour cent des personnes interrogées ont besoin d'une imprimante. C'est ainsi que 59 pour cent avouent utiliser chaque semaine l'imprimante domestique dans le cadre de leur travail.

NTT a aussi mené une enquête, focalisée sur la technologie. Ici, il est question de 1.350 personnes interrogées dans le monde, dont 40 en Belgique et 50 aux Pays-Bas.

NTT conclut entre autres qu'il y a encore beaucoup de pain sur la planche sur le plan du support technologique. Seuls 30,7 pour cent des entreprises ont modifié leur politique IT, afin d'aider leurs collaborateurs dans leur nouveau mode de travail. 43,3 pour cent ont ainsi utilisé de nouveaux outils de communication et de sécurité, et 46,4 pour cent ont renforcé leurs moyens de sécurisation.

Même si nous ne mettons pas en doute la précision de ces chiffres, il nous faut de notre point de vue rédactionnel apporter la nuance, selon laquelle ce genre de questionnement effectué par des entreprises commerciales n'a surtout qu'une valeur indicative. Il ne s'agit en effet pas là d'études scientifiques réalisées par des acteurs indépendants. C'est ainsi que les initiateurs sont libres de reprendre ou pas certaines questions dans leurs résultats, et qu'il est évident que des fournisseurs de technologies pour le télétravail apprécient des enquêtes signalant qu'il convient d'investir davantage dans ces technologies.

Postes de travail

Tout semble indiquer que les travailleurs veulent en grande partie garder la reconversion au télétravail. L'étude de Cisco nous apprend que 70 pour cent d'entre eux disent qu'ils ne doivent pas forcément se trouver dans un même espace pour collaborer. 79 pour cent souhaiteraient que le CEO investisse davantage dans la technologie du télétravail, alors que 69 pour cent indiquent que les entreprises doivent fournir à leur personnel à domicile la même technologie qu'au bureau.

L'enquête effectuée par NTT fait observer que le télétravail aura aussi un impact sur l'espace consacré aux bureaux. 34,3 pour cent des top-managers interrogés dans le monde déclarent envisager de réduire cet espace. Et ce, même si 24 autres pour cent affirment vouloir créer davantage d'espace, probablement pour pouvoir travailler dans des conditions sûres.

Insight, qui nous a également fourni les résultats de sa propre enquête effectuée auprès de 250 employés en Belgique, fait observer que septante pour cent d'entre eux répondent que leur entreprise va adapter sa politique en matière de travail à distance pour permettre précisément d'amplifier le télétravail.

Dans son enquête, Insight s'est pour sa part surtout focalisée sur les dépenses IT et a observé que les budgets ne sont pas forcément réduits, mais qu'ils sont suivis de plus près.

Après un printemps où les acteurs de la connaissance ont surtout travaillé à domicile et suite à la nouvelle vague qui déferle actuellement sur l'Europe, diverses firmes technologiques révèlent les résultats de leurs enquêtes respectives en matière de télétravail.Selon Cisco, qui a interrogé 300 Belges, 84 pour cent d'entre eux pourront choisir l'année prochaine de travailler à domicile et donc organiser eux-mêmes leur horaire. 55 pour cent aspirent à la même autonomie que pendant le confinement.C'est là un fameux changement, lorsqu'on sait que seuls cinq pour cent des personnes interrogées avant le confinement travaillaient chez elles. Mais l'expérience semble avoir été positive, puisque 47 pour cent ressentent davantage de confiance de la part des membres de la direction et peuvent mieux combiner travail et vie privée. 48 pour cent des personnes interrogées ont bougé plus et 56 pour cent souhaitent à l'avenir effectuer moins de déplacements.HP Inc a interrogé pour sa part mille Belges. Soixante pour cent affirment vouloir désormais travailler à la maison au moins un jour par semaine. 52 pour cent veulent même le faire plus souvent. 29 pour cent indiquent que le télétravail leur donne un meilleur équilibre entre travail et vie privée.Pour ce qui est du retour au bureau, 51 pour cent déclarent le vouloir surtout pour les contacts sociaux. 48 pour cent affirment que le télétravail réduit les relations avec leurs collègues, un résultat valant pour toutes les générations.TechnologieEn tant que vendeur de PC, d'imprimantes et d'appareils périphériques, HP insiste aussi sur le fait que 70 pour cent des répondants signalent que la technologie est nécessaire pour pouvoir effectuer correctement leur travail. 58 pour cent indiquent utiliser davantage la technologie qu'avant la crise.Mais le télétravail doit aussi être supporté. Des réponses reçues par HP, on observe que 54 pour cent s'attendent à ce que l'employeur leur fournisse un ordinateur portable, 44 pour cent comptent aussi sur de l'équipement périphérique comme un clavier, une souris ou un casque, 42 pour cent tablent sur des logiciels ad hoc. HP constate aussi que 41 pour cent des personnes interrogées ont besoin d'une imprimante. C'est ainsi que 59 pour cent avouent utiliser chaque semaine l'imprimante domestique dans le cadre de leur travail.NTT a aussi mené une enquête, focalisée sur la technologie. Ici, il est question de 1.350 personnes interrogées dans le monde, dont 40 en Belgique et 50 aux Pays-Bas.NTT conclut entre autres qu'il y a encore beaucoup de pain sur la planche sur le plan du support technologique. Seuls 30,7 pour cent des entreprises ont modifié leur politique IT, afin d'aider leurs collaborateurs dans leur nouveau mode de travail. 43,3 pour cent ont ainsi utilisé de nouveaux outils de communication et de sécurité, et 46,4 pour cent ont renforcé leurs moyens de sécurisation.Postes de travailTout semble indiquer que les travailleurs veulent en grande partie garder la reconversion au télétravail. L'étude de Cisco nous apprend que 70 pour cent d'entre eux disent qu'ils ne doivent pas forcément se trouver dans un même espace pour collaborer. 79 pour cent souhaiteraient que le CEO investisse davantage dans la technologie du télétravail, alors que 69 pour cent indiquent que les entreprises doivent fournir à leur personnel à domicile la même technologie qu'au bureau.L'enquête effectuée par NTT fait observer que le télétravail aura aussi un impact sur l'espace consacré aux bureaux. 34,3 pour cent des top-managers interrogés dans le monde déclarent envisager de réduire cet espace. Et ce, même si 24 autres pour cent affirment vouloir créer davantage d'espace, probablement pour pouvoir travailler dans des conditions sûres.Insight, qui nous a également fourni les résultats de sa propre enquête effectuée auprès de 250 employés en Belgique, fait observer que septante pour cent d'entre eux répondent que leur entreprise va adapter sa politique en matière de travail à distance pour permettre précisément d'amplifier le télétravail.Dans son enquête, Insight s'est pour sa part surtout focalisée sur les dépenses IT et a observé que les budgets ne sont pas forcément réduits, mais qu'ils sont suivis de plus près.