Le SPF Intérieur veut effectuer une étude de faisabilité d'élections via internet dans notre pays. Voilà ce que révèle le site d'infos Apache, qui a aussi pu consulter l'adjudication publique en question. La question fondamentale est la suivante: est-il possible de faire voter les citoyens via internet pour des élections locales, provinciales, régionales, fédérales et européennes? Et cela pourrait-il s'appliquer aussi aux Belges résidant à l'étranger et voulant voter?

Le fait qu'une étude soit effectuée, ne signifie pas encore que nous voterons bientôt tous en ligne, selon le porte-parole du SPF, Koen Schuyten. La décision finale sera de toute façon prise par le gouvernement. 'Nous faisons à présent appel à une firme pour examiner notamment les développements en la matière dans d'autres pays et pour vérifier ce qu'il en est au niveau de la sécurité. Ce n'est que fin de cette année que l'étude de faisabilité devrait être terminée. Elle ne constituera du reste pour le gouvernement qu'une base en vue d'une prise de décision éventuelle', ajoute-t-il. 'Cela demandera à coup sûr encore pas mal de temps.'

Selon le politicologue Johan Ackaert (UHasselt), 'il devrait être possible' d'introduire le vote via internet, si le gouvernement le décidait ainsi. Et de se référer à l'Estonie, où l'on vote en ligne depuis des années déjà. 'Mais le gros problème, c'est de savoir si le système peut répondre aux exigences de l'obligation constitutionnelle du vote secret', explique Ackaert. 'Même si l'on a recours à un lecteur de cartes d'identité: qui va affirmer que je suis bien celui qui vote? Et que je n'ai pas été obligé de céder ma carte d'identité? Ce sont quand même là des éléments qui demandent réflexion.'

Les firmes qui souhaitent effectuer cette étude de faisabilité, ont, aux termes de l'adjudication publique, jusqu'au 12 mars pour s'enregistrer. Le SPF Intérieur espère désigner une firme en avril, selon Schuyten.

Le SPF Intérieur veut effectuer une étude de faisabilité d'élections via internet dans notre pays. Voilà ce que révèle le site d'infos Apache, qui a aussi pu consulter l'adjudication publique en question. La question fondamentale est la suivante: est-il possible de faire voter les citoyens via internet pour des élections locales, provinciales, régionales, fédérales et européennes? Et cela pourrait-il s'appliquer aussi aux Belges résidant à l'étranger et voulant voter?Le fait qu'une étude soit effectuée, ne signifie pas encore que nous voterons bientôt tous en ligne, selon le porte-parole du SPF, Koen Schuyten. La décision finale sera de toute façon prise par le gouvernement. 'Nous faisons à présent appel à une firme pour examiner notamment les développements en la matière dans d'autres pays et pour vérifier ce qu'il en est au niveau de la sécurité. Ce n'est que fin de cette année que l'étude de faisabilité devrait être terminée. Elle ne constituera du reste pour le gouvernement qu'une base en vue d'une prise de décision éventuelle', ajoute-t-il. 'Cela demandera à coup sûr encore pas mal de temps.'Selon le politicologue Johan Ackaert (UHasselt), 'il devrait être possible' d'introduire le vote via internet, si le gouvernement le décidait ainsi. Et de se référer à l'Estonie, où l'on vote en ligne depuis des années déjà. 'Mais le gros problème, c'est de savoir si le système peut répondre aux exigences de l'obligation constitutionnelle du vote secret', explique Ackaert. 'Même si l'on a recours à un lecteur de cartes d'identité: qui va affirmer que je suis bien celui qui vote? Et que je n'ai pas été obligé de céder ma carte d'identité? Ce sont quand même là des éléments qui demandent réflexion.'Les firmes qui souhaitent effectuer cette étude de faisabilité, ont, aux termes de l'adjudication publique, jusqu'au 12 mars pour s'enregistrer. Le SPF Intérieur espère désigner une firme en avril, selon Schuyten.