En septembre, des documents du site de dénonciations WikiLeaks dévoilaient que la Belgique se trouve sur une liste de pays ayant acheté du software d'espionnage chez FinFisher (cette entreprise allemande aurait aussi fourni des logiciels à des régimes en place notamment au Qatar, au Bahreïn et au Pakistan).

Notre pays aurait consacré plus d'1 million d'euros à ce genre de logiciels software.

2 x 18.181,81 euros

Au sein de la commission parlementaire compétente, Stefaan Van Hecke (Groen) voulait savoir ce qu'il en était précisément de la bouche même du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). Ce dernier a répondu que le SPF Justice a en effet payé les 26 août et 21 octobre de cette année chaque fois 18.181,81 euros à cette entreprise.

'Il s'agit de prestations qui ont été payées à la demande d'une unité spéciale de la police fédérale, chargée de l'interception tactique des communications', selon Geens. 'C'est cette unité qui définit le besoin et qui est responsable du passement de la commande et du suivi des prestations.'

Sur ordre d'un juge d'instruction

Et Geens d'ajouter que l'utilisation de la technique d'espionnage s'effectue toujours sur ordre d'un juge d'instruction. (Belga/MI)

En septembre, des documents du site de dénonciations WikiLeaks dévoilaient que la Belgique se trouve sur une liste de pays ayant acheté du software d'espionnage chez FinFisher (cette entreprise allemande aurait aussi fourni des logiciels à des régimes en place notamment au Qatar, au Bahreïn et au Pakistan). Notre pays aurait consacré plus d'1 million d'euros à ce genre de logiciels software. 2 x 18.181,81 eurosAu sein de la commission parlementaire compétente, Stefaan Van Hecke (Groen) voulait savoir ce qu'il en était précisément de la bouche même du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). Ce dernier a répondu que le SPF Justice a en effet payé les 26 août et 21 octobre de cette année chaque fois 18.181,81 euros à cette entreprise. 'Il s'agit de prestations qui ont été payées à la demande d'une unité spéciale de la police fédérale, chargée de l'interception tactique des communications', selon Geens. 'C'est cette unité qui définit le besoin et qui est responsable du passement de la commande et du suivi des prestations.' Sur ordre d'un juge d'instructionEt Geens d'ajouter que l'utilisation de la technique d'espionnage s'effectue toujours sur ordre d'un juge d'instruction. (Belga/MI)