La crise du corona a mis en avant un nouveau type de consommateur numérique. Voilà ce que révèle le consultant sur base de son Digital Consumer Trends 2020, une étude effectuée par Deloitte auprès de 35.150 personnes dans le monde, dont 2.000 en Belgique. Ce consommateur préfère son smartphone, même lorsqu'il est à la maison, entouré par tous ses autres appareils.

Avant le confinement, les gens utilisaient leur smartphone surtout pour les infos et la détente, mais désormais aussi pour accéder aux médias sociaux et vérifier leur compte en banque par exemple. Ce qui est étonnant, c'est que cette migration vers le mobile est à présent observée dans toutes les générations. Les jeunes étaient depuis assez longtemps déjà accros à leur smartphone, mais les 65 ans et plus leur emboîtent à présent de plus en plus le pas.

Cinquante-deux pour cent des participants belges à l'étude sont convaincus qu'ils ont nettement plus utilisé leur smartphone durant le confinement. "Les habitudes et les perceptions ont changé", explique Vincent Fosty, Technology, Media and Telecommunications Industry Leader chez Deloitte Belgium. "Nous ne savons pas encore si ces tendances dues à la crise ou accélérées par celle-ci, se poursuivront, mais elles impacteront probablement des années durant le comportement du consommateur."

Travail à domicile

Comme l'indiquent d'autres études encore, le travail à domicile a fortement progressé en raison du confinement. Cinquante pour cent environ des répondants belges qui travaillaient au bureau avant le COVID-19, ont majoritairement travaillé chez eux durant le confinement. Quarante-cinq pour cent d'entre eux affirment que c'était plus facile que de se rendre au bureau, contre 30 pour cent qui sont d'un avis contraire. Un peu plus de trois personnes interrogées sur dix travaillant à domicile estiment avoir presté davantage d'heures.

Autre point étonnant: 11 pour cent des télétravailleurs signalent de fréquents problèmes au niveau de la connexion internet, ce qui se traduisit par des interruptions de visioconférences chez sept pour cent d'entre eux.

Confidentialité

A présent que les gens utilisent davantage les services en ligne, il apparaît qu'ils sont mieux informés en matière de respect de la vie privée. "Le type de donnée impacte l'envie des personnes de partager des informations. Nous observons que quasiment six utilisateurs sur dix veulent limiter l'accès à certaines de leurs données, mais ils ignorent comment faire", selon Fosty. Il est surtout question de restreindre l'accès des applis aux photos ou aux personnes de contact, mais aussi de supprimer l'historique du navigateur. Pour des raisons de confidentialité, quelque 6 pour cent des participants à l'étude ont aussi arrêté de manière permanente d'utiliser une plate-forme de média social, alors que 5 pour cent l'ont fait temporairement.

Encore un élément étonnant mis en évidence par l'étude: un tiers environ des Belges croit qu'il n'y a pas de risques pour la santé à utiliser la 5G. En Belgique, seuls 40 pour cent des répondants sont en outre persuadés que la 5G leur offrira une meilleure connectivité mobile.

La crise du corona a mis en avant un nouveau type de consommateur numérique. Voilà ce que révèle le consultant sur base de son Digital Consumer Trends 2020, une étude effectuée par Deloitte auprès de 35.150 personnes dans le monde, dont 2.000 en Belgique. Ce consommateur préfère son smartphone, même lorsqu'il est à la maison, entouré par tous ses autres appareils.Avant le confinement, les gens utilisaient leur smartphone surtout pour les infos et la détente, mais désormais aussi pour accéder aux médias sociaux et vérifier leur compte en banque par exemple. Ce qui est étonnant, c'est que cette migration vers le mobile est à présent observée dans toutes les générations. Les jeunes étaient depuis assez longtemps déjà accros à leur smartphone, mais les 65 ans et plus leur emboîtent à présent de plus en plus le pas.Cinquante-deux pour cent des participants belges à l'étude sont convaincus qu'ils ont nettement plus utilisé leur smartphone durant le confinement. "Les habitudes et les perceptions ont changé", explique Vincent Fosty, Technology, Media and Telecommunications Industry Leader chez Deloitte Belgium. "Nous ne savons pas encore si ces tendances dues à la crise ou accélérées par celle-ci, se poursuivront, mais elles impacteront probablement des années durant le comportement du consommateur."Travail à domicileComme l'indiquent d'autres études encore, le travail à domicile a fortement progressé en raison du confinement. Cinquante pour cent environ des répondants belges qui travaillaient au bureau avant le COVID-19, ont majoritairement travaillé chez eux durant le confinement. Quarante-cinq pour cent d'entre eux affirment que c'était plus facile que de se rendre au bureau, contre 30 pour cent qui sont d'un avis contraire. Un peu plus de trois personnes interrogées sur dix travaillant à domicile estiment avoir presté davantage d'heures.Autre point étonnant: 11 pour cent des télétravailleurs signalent de fréquents problèmes au niveau de la connexion internet, ce qui se traduisit par des interruptions de visioconférences chez sept pour cent d'entre eux.ConfidentialitéA présent que les gens utilisent davantage les services en ligne, il apparaît qu'ils sont mieux informés en matière de respect de la vie privée. "Le type de donnée impacte l'envie des personnes de partager des informations. Nous observons que quasiment six utilisateurs sur dix veulent limiter l'accès à certaines de leurs données, mais ils ignorent comment faire", selon Fosty. Il est surtout question de restreindre l'accès des applis aux photos ou aux personnes de contact, mais aussi de supprimer l'historique du navigateur. Pour des raisons de confidentialité, quelque 6 pour cent des participants à l'étude ont aussi arrêté de manière permanente d'utiliser une plate-forme de média social, alors que 5 pour cent l'ont fait temporairement.Encore un élément étonnant mis en évidence par l'étude: un tiers environ des Belges croit qu'il n'y a pas de risques pour la santé à utiliser la 5G. En Belgique, seuls 40 pour cent des répondants sont en outre persuadés que la 5G leur offrira une meilleure connectivité mobile.