Dans le message attribué au directeur de Gazprom, ce dernier y allait de remarques critiques à propos de la décision de la Russie d'envoyer des dizaines de milliers de militaires en Ukraine, où d'innombrables soldats et citoyens ont déjà trouvé la mort.

Le mois dernier, Miller insistait pourtant encore auprès des 500.000 employés du groupe de se rallier aux actions de Poutine en vue de préserver la Russie en tant que puissance majeure face à l'hostilité étrangère.

P

as une déclaration officielle

Dans une réaction à la mise hors ligne du site web, Gazprom Neft affirme que 'l'information qui y a été publiée le matin du 6 avril, est fausse et ne peut être considérée comme une déclaration officielle des représentants ou des actionnaires de la compagnie'. Un porte-parole de Gazprom a également qualifié de non-sens l'information apparue sur le site web.

Ce ne serait pas la première attaque de pirates contre le site web d'une entreprise d'Etat russe à cause de la guerre en Ukraine. C'est ainsi que le site web de l'agence de presse d'Etat TASS avait été piraté en février et avait à cette occasion affiché un message par lequel la Russie était sommée d'arrêter ce qu'elle appelle son 'opération spéciale' en Ukraine.

Dans le message attribué au directeur de Gazprom, ce dernier y allait de remarques critiques à propos de la décision de la Russie d'envoyer des dizaines de milliers de militaires en Ukraine, où d'innombrables soldats et citoyens ont déjà trouvé la mort.Le mois dernier, Miller insistait pourtant encore auprès des 500.000 employés du groupe de se rallier aux actions de Poutine en vue de préserver la Russie en tant que puissance majeure face à l'hostilité étrangère.PDans une réaction à la mise hors ligne du site web, Gazprom Neft affirme que 'l'information qui y a été publiée le matin du 6 avril, est fausse et ne peut être considérée comme une déclaration officielle des représentants ou des actionnaires de la compagnie'. Un porte-parole de Gazprom a également qualifié de non-sens l'information apparue sur le site web.Ce ne serait pas la première attaque de pirates contre le site web d'une entreprise d'Etat russe à cause de la guerre en Ukraine. C'est ainsi que le site web de l'agence de presse d'Etat TASS avait été piraté en février et avait à cette occasion affiché un message par lequel la Russie était sommée d'arrêter ce qu'elle appelle son 'opération spéciale' en Ukraine.