Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Tijd. Ce matin, le problème semble être toujours d'actualité. Les investisseurs effectuant une transaction sur le site web, samedi, ont subitement pu visualiser les données d'autres clients et passer des ordres. L'on ne sait pas si des abus ont été commis et dans l'affirmative, combien de clients ont été touchés.Le courtier sur internet, une filiale de la banque française Crédit Mutuel, n'est opérationnel chez nous que depuis février et se profile en tant que casseur de prix, à l'instar d'entreprises comme Keytrade ou Binck Bank.

Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Tijd. Ce matin, le problème semble être toujours d'actualité. Les investisseurs effectuant une transaction sur le site web, samedi, ont subitement pu visualiser les données d'autres clients et passer des ordres. L'on ne sait pas si des abus ont été commis et dans l'affirmative, combien de clients ont été touchés.Le courtier sur internet, une filiale de la banque française Crédit Mutuel, n'est opérationnel chez nous que depuis février et se profile en tant que casseur de prix, à l'instar d'entreprises comme Keytrade ou Binck Bank.