Le site a annoncé ces changements sur un forum. Kongregate y explique que l'industrie vidéoludique a progressivement dit adieu aux jeux Flash, et que l'entreprise était à la traîne à cet égard. Kongregate a décidé de développer davantage ses propres jeux.

Le site Web de Kongregate n'acceptera donc plus de nouveaux jeux, et certaines de ses fonctionnalités de réseau social, comme les chat rooms, vont être supprimées. Par contre, les jeux déjà présents sur la plateforme continueront de faire l'objet de mises à jour. Il semble également que l'entreprise ait licencié plusieurs de ses collaborateurs.

Le catalogue de Kongregate se compose essentiellement de jeux Flash, un plug-in de navigation populaire d'Adobe, qui a perdu du terrain ses dernières années en raison de ses failles de sécurité. En 2017, Adobe avait annoncé qu'il ne supporterait plus ce plug-in à partir de 2020, et les navigateurs d'Apple, Microsoft, Google et Mozilla ont déjà largement abandonné cette technologie. Apple avait d'ailleurs été le premier à bannir ce plug-in, et ne l'a jamais supporté sur iPhone ni sur iPad. La dernière version de son navigateur Safari ne supporte pas non plus Flash.

Le site a annoncé ces changements sur un forum. Kongregate y explique que l'industrie vidéoludique a progressivement dit adieu aux jeux Flash, et que l'entreprise était à la traîne à cet égard. Kongregate a décidé de développer davantage ses propres jeux.Le site Web de Kongregate n'acceptera donc plus de nouveaux jeux, et certaines de ses fonctionnalités de réseau social, comme les chat rooms, vont être supprimées. Par contre, les jeux déjà présents sur la plateforme continueront de faire l'objet de mises à jour. Il semble également que l'entreprise ait licencié plusieurs de ses collaborateurs. Le catalogue de Kongregate se compose essentiellement de jeux Flash, un plug-in de navigation populaire d'Adobe, qui a perdu du terrain ses dernières années en raison de ses failles de sécurité. En 2017, Adobe avait annoncé qu'il ne supporterait plus ce plug-in à partir de 2020, et les navigateurs d'Apple, Microsoft, Google et Mozilla ont déjà largement abandonné cette technologie. Apple avait d'ailleurs été le premier à bannir ce plug-in, et ne l'a jamais supporté sur iPhone ni sur iPad. La dernière version de son navigateur Safari ne supporte pas non plus Flash.