L'année dernière, le secteur a enregistré un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros, en hausse de 4% par rapport à 2020. Une croissance remarquable puisque l'évolution suit une année déjà exceptionnelle pour le milieu, l'un des rares à avoir profité de la vie à la maison, imposée par le Covid-19.

"En 2020, on avait enregistré une hausse de 11%", explique David Verbruggen, le general manager de Belgian Games. "Avec une telle croissance, on ne s'attendait pas spécialement à voir le secteur encore en croissance en 2021. Cela montre que les gens qui se sont intéressés aux jeux vidéo ont accroché", poursuit-il.

L'étude publiée par la fédération s'intéresse au secteur dans son ensemble. Elle reprend donc les ventes de consoles, de jeux vidéo, des abonnements en ligne et même des micros dépenses dans les jeux et les applications mobiles. Outre les dépenses des consommateurs belges, l'étude intègre également les revenus générés par les entreprises belges du milieu. Les chiffres pour cet aspect s'élèvent à 82 millions d'euros.

"En voyant ces résultats, le monde politique se dira peut-être que le secteur est déjà suffisamment important et qu'il n'a pas besoin de soutien. On peut également voir le potentiel qui existe et ce que nous pourrions atteindre avec plus d'encadrement et enfin la mise en place d'un Tax shelter adapté". Lancé depuis des années, le projet d'adapter au secteur l'avantage fiscal dont profite le cinéma est toujours sujet à discussion.

L'année dernière, le secteur a enregistré un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros, en hausse de 4% par rapport à 2020. Une croissance remarquable puisque l'évolution suit une année déjà exceptionnelle pour le milieu, l'un des rares à avoir profité de la vie à la maison, imposée par le Covid-19."En 2020, on avait enregistré une hausse de 11%", explique David Verbruggen, le general manager de Belgian Games. "Avec une telle croissance, on ne s'attendait pas spécialement à voir le secteur encore en croissance en 2021. Cela montre que les gens qui se sont intéressés aux jeux vidéo ont accroché", poursuit-il.L'étude publiée par la fédération s'intéresse au secteur dans son ensemble. Elle reprend donc les ventes de consoles, de jeux vidéo, des abonnements en ligne et même des micros dépenses dans les jeux et les applications mobiles. Outre les dépenses des consommateurs belges, l'étude intègre également les revenus générés par les entreprises belges du milieu. Les chiffres pour cet aspect s'élèvent à 82 millions d'euros."En voyant ces résultats, le monde politique se dira peut-être que le secteur est déjà suffisamment important et qu'il n'a pas besoin de soutien. On peut également voir le potentiel qui existe et ce que nous pourrions atteindre avec plus d'encadrement et enfin la mise en place d'un Tax shelter adapté". Lancé depuis des années, le projet d'adapter au secteur l'avantage fiscal dont profite le cinéma est toujours sujet à discussion.