Selon certaines sources, des représentants d'Intel et de Qualcomm notamment exerceraient en coulisses une pression sur le gouvernement américain pour qu'il adapte ses mesures à l'égard d'Huawei.

L'entreprise chinoise a précédemment été placée sur une liste noire par les Etats-Unis. Le gouvernement Trump s'en méfie, parce qu'elle pourrait servir d'espion pour le compte des autorités chinoises. Plusieurs firmes américaines ont donc suspendu leurs livraisons à Huawei.

Lors de différentes réunions avec des représentants du ministère américain du commerce, les géants des puces auraient insisté pour un allégement des sanctions. Ils évoquent les dommages que le bannissement d'Huawei provoque à certaines entreprises américaines. Sur les quelque 70 milliards de dollars dépensés l'année dernière par Huawei pour s'acheter des composants, 11 milliards ont pris la direction de firmes américaines telles Intel, Qualcomm et Micron Technology.