Le calcul a été réalisé par Forrester Research qui, en 2013 encore, évaluait la perte de chiffre d'affaires à 180 milliards de dollars. Mais même si l'impact se chiffre encore et toujours en dizaines de milliards, les entreprises ne quittent pas comme cela leurs fournisseurs 'cloud' et d'externalisation américains, puisqu'elles sont nonante pour cent à leur rester fidèles, tout en recourant au cryptage.

Concrètement, 26 pour cent des décideurs (non américains) interrogés par Forrester ont diminué, voire interrompu l'achat de services à des fournisseurs américains. En 2014, cela avait engendré un recul de huit pour cent du chiffre d'affaires.

Forrester indique que même si les dommages sont moins sérieux qu'attendu initialement, la confiance dans les fournisseurs technologiques américains est encore et toujours branlante. Le cabinet d'analystes apporte cependant la nuance, selon laquelle les entreprises sont aussi sur leurs grades vis-à-vis d'actes d'espionnage provenant d'autres pays.