"C'est une première tentative cruciale de conversion du dioxyde de carbone en oxygène sur Mars", a dit Jim Reuter, un administrateur associé de la Nasa. La démonstration a eu lieu le 20 avril et la Nasa espère que de futures versions de l'outil expérimental utilisé pourront préparer le terrain à une exploration par des humains.

Non seulement le processus pourrait produire de l'oxygène pour que de futurs astronautes puissent respirer, mais il pourrait aussi permettre d'éviter de transporter depuis la Terre de larges quantités d'oxygène indispensables à la propulsion de la fusée pour le voyage du retour.

Le "Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment" (Moxie) est une boîte dorée de la taille d'une batterie de voiture, située à l'avant droit du rover. Il utilise électricité et chimie pour scinder les molécules de CO2, produisant ainsi de l'oxygène d'un côté, et du monoxyde de carbone de l'autre.

Pour sa première expérience, Moxie a produit 5 grammes d'oxygène, de quoi respirer pendant 10 minutes pour un astronaute ayant une activité normale. Les ingénieurs chargés de Moxie vont maintenant mener davantage de tests et essayer d'augmenter ce résultat. L'outil a été élaboré pour pouvoir générer jusqu'à 10 grammes d'oxygène par heure.

Selon l'ingénieur du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Michael Hecht, un Moxie d'une tonne -- celui-ci pèse 17 kilos -- pourrait produire les quelque 25 tonnes d'oxygène nécessaires pour qu'une fusée décolle de Mars.

"C'est une première tentative cruciale de conversion du dioxyde de carbone en oxygène sur Mars", a dit Jim Reuter, un administrateur associé de la Nasa. La démonstration a eu lieu le 20 avril et la Nasa espère que de futures versions de l'outil expérimental utilisé pourront préparer le terrain à une exploration par des humains.Non seulement le processus pourrait produire de l'oxygène pour que de futurs astronautes puissent respirer, mais il pourrait aussi permettre d'éviter de transporter depuis la Terre de larges quantités d'oxygène indispensables à la propulsion de la fusée pour le voyage du retour.Le "Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment" (Moxie) est une boîte dorée de la taille d'une batterie de voiture, située à l'avant droit du rover. Il utilise électricité et chimie pour scinder les molécules de CO2, produisant ainsi de l'oxygène d'un côté, et du monoxyde de carbone de l'autre.Pour sa première expérience, Moxie a produit 5 grammes d'oxygène, de quoi respirer pendant 10 minutes pour un astronaute ayant une activité normale. Les ingénieurs chargés de Moxie vont maintenant mener davantage de tests et essayer d'augmenter ce résultat. L'outil a été élaboré pour pouvoir générer jusqu'à 10 grammes d'oxygène par heure.Selon l'ingénieur du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Michael Hecht, un Moxie d'une tonne -- celui-ci pèse 17 kilos -- pourrait produire les quelque 25 tonnes d'oxygène nécessaires pour qu'une fusée décolle de Mars.