Le module, qui fait la taille d'un gros SUV, s'est posé le 18 février dans le cratère de Jezero, dont les scientifiques pensent qu'il abritait, il y a 3,5 milliards d'années, un profond lac, avec pour mission de chercher des traces de vie ancienne. Il a depuis parcouru un kilomètre vers le sud de son site d'atterrissage. "Nous voyons désormais un environnement beaucoup plus vieux, des milliards d'années en arrière", a expliqué lors d'un point-presse le responsable scientifique du projet, Ken Farley.

La Nasa pense que le cratère abritait un lac qui s'est rempli puis vidé de nombreuses fois et qui aurait pu créer les conditions nécessaires à la vie. L'analyse de ces échantillons doit révéler la composition chimique et minérale des roches pour avoir si elles sont volcaniques ou sédimentaires. Le rover va également essayer se trouver des signes possibles de microbes anciens. Pour ce faire, Perseverance va d'abord déployer son bras articulé de deux mètres puis utiliser un outil abrasif pour nettoyer la surface des roches qui seront analysées par les instruments installés sur sa tourelle, notamment une caméra ultra sophistiquée appelée SuperCam, équipée d'un laser. La Nasa prévoit une mission de retour avec l'Agence spatiale européenne pour collecter et ramener les échantillons sur Terre, vers les années 2030.

Le module, qui fait la taille d'un gros SUV, s'est posé le 18 février dans le cratère de Jezero, dont les scientifiques pensent qu'il abritait, il y a 3,5 milliards d'années, un profond lac, avec pour mission de chercher des traces de vie ancienne. Il a depuis parcouru un kilomètre vers le sud de son site d'atterrissage. "Nous voyons désormais un environnement beaucoup plus vieux, des milliards d'années en arrière", a expliqué lors d'un point-presse le responsable scientifique du projet, Ken Farley. La Nasa pense que le cratère abritait un lac qui s'est rempli puis vidé de nombreuses fois et qui aurait pu créer les conditions nécessaires à la vie. L'analyse de ces échantillons doit révéler la composition chimique et minérale des roches pour avoir si elles sont volcaniques ou sédimentaires. Le rover va également essayer se trouver des signes possibles de microbes anciens. Pour ce faire, Perseverance va d'abord déployer son bras articulé de deux mètres puis utiliser un outil abrasif pour nettoyer la surface des roches qui seront analysées par les instruments installés sur sa tourelle, notamment une caméra ultra sophistiquée appelée SuperCam, équipée d'un laser. La Nasa prévoit une mission de retour avec l'Agence spatiale européenne pour collecter et ramener les échantillons sur Terre, vers les années 2030.