Les Etats-Unis disposent d'une commission spéciale qui examine les rachats d'entreprises américaines par des firmes étrangères. Il s'agit du Committee on Foreign Investment in the United States (CFIUS). Ce dernier passe en revue les dangers que de telles opérations représentent pour la sécurité nationale. On ne sait pas pourquoi Grindr ne sera pas autorisée à passer de nouveau entre des mains chinoises. Mais dans la base de données de l'appli, on trouve toutes sortes d'informations sensibles à propos par exemple de personnes séropositives. Grindr gère aussi toutes sortes de clavardages privés d'utilisateurs.

Le CFIUS avait interdit à Kunlun de visionner les données personnelles des utilisateurs de Grindr et d'expédier des informations en Chine. Et Kunlun avait promis de ne pas le faire.

C'est en 2016 que Kunlun avait pris une participation majoritaire dans Grindr. L'année dernière, les Chinois avaient racheté les actions restantes. Kunlun a été fondée en 2008. Elle est notamment propriétaire de la firme norvégienne Opera, qui produit des navigateurs pour smartphones, tablettes et PC de bureau.