Unity est une entreprise d'origine danoise à l'initiative de l'Unity Engine, un logiciel qui est à la base même de la moitié des jeux vidéo actuels environ. En attendant son entrée à la bourse plus tard cette année, l'entreprise vient de publier ses premiers résultats financiers.

Il en ressort que l'entreprise a au cours des six premiers mois de 2020 essuyé une perte de 54,2 millions de dollars sur des rentrées d'un montant de 351,3 millions. C'est nettement moins qu'en 2019, lorsqu'elle était en perte de 163,2 millions sur des revenus s'établissant à 541,8 millions de dollars. Elle n'est donc certes pas encore rentable, mais tente de donner l'impression qu'elle va dans le bon sens. Au 30 juin de cette année, Unity disposait de quelque 1,3 milliard de dollars de moyens d'exploitation et de 453 millions de dollars de liquidités. Pour ses rentrées, elle table sur 716 clients, des entreprises de jeux qui utilisent son logiciel pour encoder leurs applis. Elle signale que 53 pour cent environ des mille plus importants jeux mobiles figurant dans l'App Store et le Google Play Store, et 50 pour cent des jeux pour ordinateurs et consoles ont été conçus avec son Unity Engine. Tel est le cas entre autres de Pokemon GO et de Super Mario Run.

L'objectif d'Unity est d'entrer à la bourse de New York. Le processus vient d'être amorcé, mais le timing devient à présent surtout intéressant du fait que le principal concurrent d'Unity, Epic, est actuellement en litige avec Apple et craint de ne plus pouvoir supporter son Unreal Engine pour iOS. Cela ne pourrait que profiter pleinement à Unity, si ce n'était qu'un juge vient de décider provisoirement qu'Epic ne peut perdre sa licence pour développeurs.

Unity est une entreprise d'origine danoise à l'initiative de l'Unity Engine, un logiciel qui est à la base même de la moitié des jeux vidéo actuels environ. En attendant son entrée à la bourse plus tard cette année, l'entreprise vient de publier ses premiers résultats financiers.Il en ressort que l'entreprise a au cours des six premiers mois de 2020 essuyé une perte de 54,2 millions de dollars sur des rentrées d'un montant de 351,3 millions. C'est nettement moins qu'en 2019, lorsqu'elle était en perte de 163,2 millions sur des revenus s'établissant à 541,8 millions de dollars. Elle n'est donc certes pas encore rentable, mais tente de donner l'impression qu'elle va dans le bon sens. Au 30 juin de cette année, Unity disposait de quelque 1,3 milliard de dollars de moyens d'exploitation et de 453 millions de dollars de liquidités. Pour ses rentrées, elle table sur 716 clients, des entreprises de jeux qui utilisent son logiciel pour encoder leurs applis. Elle signale que 53 pour cent environ des mille plus importants jeux mobiles figurant dans l'App Store et le Google Play Store, et 50 pour cent des jeux pour ordinateurs et consoles ont été conçus avec son Unity Engine. Tel est le cas entre autres de Pokemon GO et de Super Mario Run.L'objectif d'Unity est d'entrer à la bourse de New York. Le processus vient d'être amorcé, mais le timing devient à présent surtout intéressant du fait que le principal concurrent d'Unity, Epic, est actuellement en litige avec Apple et craint de ne plus pouvoir supporter son Unreal Engine pour iOS. Cela ne pourrait que profiter pleinement à Unity, si ce n'était qu'un juge vient de décider provisoirement qu'Epic ne peut perdre sa licence pour développeurs.