Gou (69 ans) confirme à l'agence Reuters qu'il va progressivement renoncer à la présidence de Foxconn et ce, même si le sujet doit encore être débattu au sein du conseil d'administration de la firme. Il annonce dans la foulée un changement de direction pour bientôt.

A l'entendre, Gou veut céder la place à un jeune talent au sein de l'entreprise. Son objectif n'est pourtant pas de quitter complètement Foxconn, mais en tout cas, il ne s'occupera plus de la direction quotidienne de celle-ci.

En même temps que son retrait, Gou évoque ouvertement aussi une possible candidature aux élections présidentielles taïwanaises en 2020. L'homme fort de Foxconn n'a pas encore vraiment décidé de prendre part à la course à la présidence, mais, selon Reuters, il a l'intention de trancher "dans les plus brefs délais".

Quant au choix du parti politique, rien n'est définitif non plus et ce, même si Gou est membre depuis 50 ans déjà du Kuomintang (KMT), le parti d'opposition prochinois. Le président de Foxconn est par ailleurs aussi le Taïwanais le plus riche avec une fortune de 7,6 milliards de dollars, selon Forbes.

La position de Taiwan vis-à-vis de la Chine est sensible. La Chine considère ce pays surtout comme une province dissidente qui veut gagner du temps. La Chine effectue aussi des manoeuvres militaires autour de l'île de Taïwan.

Gou en personne estime que son pays ne doit pas investir dans davantage d'armes et de matériel militaire, mais se montrer fort sur le plan économique et dans ses relations avec les Etats-Unis. Tel est déjà le cas pour Foxconn. L'entreprise fabrique des composants électroniques pour des entreprises dans le monde entier, mais la moitié de son chiffre d'affaires provient d'Apple.