Le port de Zeebrugge prépare pour l'instant un réseau 5G privé, qui connectera plusieurs de ses composantes. La première phase devrait être opérationnelle dans l'avant-port d'ici la fin de l'année. Et l'arrière-port devrait être couvert également pour mi-2020.

Le réseau connectera dans un premier temps les remorqueurs, les stations de mesure de la qualité de l'air, les caméras, les capteurs sur les quais et la nouvelle écluse. En complément, les entreprises portuaires pourront également utiliser le réseau à des fins de dispatching, de connectivité avec les porte-containers, de solutions de géo-localisation et de communication de groupe cruciales.

Le réseau en tant que tel sera fourni par Citymesh, qui en assumera le support bout-à-bout et l'exploitation commerciale. L'équipement proviendra de Nokia. L'un des premiers utilisateurs externes de la 5G sera l'exploitant du parc d'éoliennes offshore, qui y aura recours pour les communications durant la construction et la maintenance du parc.

Citymesh est surtout connue pour fournir des réseaux wifi à grande échelle, mais l'entreprise a acquis en 2015 un spectre qui, par la suite, a été désigné comme bande 5G primaire par l'Europe. Citymesh est donc actuellement la seule firme à pouvoir mettre en oeuvre et exploiter des réseaux 5G dans notre pays. Elle le fait surtout dans l'optique d'applications professionnelles sous la forme de réseaux 5G privés, comme c'est à présent le cas au port de Zeebrugge.