Les quelque 100.000 collaborateurs du groupe France Telecom en France ont reçu un questionnaire portant sur le "stress au travail". Ils disposent de quatre semaines pour y répondre soit via internet, soit sur papier.

France Telecom connaît une vague de suicides qui a mis au jour le malaise social qui règne au sein de l'entreprise.

Les employés se voient donc proposer 160 questions relatives à la pression sur leur lieu de travail, à leur autonomie, au soutien de leurs collègues et de leurs supérieurs, à la reconnaissance de leur travail ou encore à la mobilité dans l'entreprise. "Il n'y a ni bonnes, ni mauvaises réponses. Vous devez choisir celles qui correspondent le mieux à ce que vous vivez ou ressentez", peut-on lire dans le questionnaire."

Les résultats de cette enquête seront connus après le 30 novembre.

Source: Belga

Les quelque 100.000 collaborateurs du groupe France Telecom en France ont reçu un questionnaire portant sur le "stress au travail". Ils disposent de quatre semaines pour y répondre soit via internet, soit sur papier. France Telecom connaît une vague de suicides qui a mis au jour le malaise social qui règne au sein de l'entreprise. Les employés se voient donc proposer 160 questions relatives à la pression sur leur lieu de travail, à leur autonomie, au soutien de leurs collègues et de leurs supérieurs, à la reconnaissance de leur travail ou encore à la mobilité dans l'entreprise. "Il n'y a ni bonnes, ni mauvaises réponses. Vous devez choisir celles qui correspondent le mieux à ce que vous vivez ou ressentez", peut-on lire dans le questionnaire." Les résultats de cette enquête seront connus après le 30 novembre. Source: Belga