Une architecture dans le nuage est d'une importance vitale pour le ministère américain de la défense. Le Pentagone doit à présent réévaluer l'état du projet JEDI, étant donné que les procès en cours intentés entre autres par AWS à propos de l'attribution du contrat lié à la modernisation numérique de l'armée continuent de prendre du retard.

Un juge a demandé à AWS, à Microsoft et au ministère public américain de remettre un rapport de statut conjoint incluant une proposition pour une procédure ultérieure dans l'affaire en cours et ce, pour le 28 mai.

Le contrat Joint Enterprise Defense Infrastructure Cloud (JEDI) a pour but de moderniser en profondeur le Pentagone sur le plan technologique. Mais il s'agit aussi d'un fameux incitant financier pour l'entreprise qui fournira les services dans le nuage. Initialement, le Pentagone avait choisi Microsoft, mais son concurrent Amazon s'y opposa quasiment aussitôt.

L'influence de Trump

Fin 2020, le Pentagone signala avoir revu l'ensemble de la procédure, mais encore et toujours opter pour Microsoft. Plus tôt en février 2020, un juge avait décidé que le contrat devait être mis en attente à la demande d'Amazon. Cette entreprise brandit encore et toujours l'argument selon lequel le contrat a été injustement influencé par l'ex-président Donald Trump.

'Une réévaluation n'est rien de plus qu'une tentative de valider une décision erronée, non-objective et politiquement corrompue', a affirmé Amazon dans le cadre d'une réaction. Et l'entreprise de faire observer avoir remis une offre inférieure de plusieurs dizaines de millions de dollars par rapport à celle de Microsoft. Mais le ministre américain de la défense, Mark Esper, a démenti que le contrat avait été attribué de manière partiale au détriment d'Amazon.

De son côté, Oracle a précédemment perdu sa procédure en appel supérieur pour n'avoir pas été choisie pour le contrat JEDI Cloud.

En collaboration avec Dutch IT-Channel.

Une architecture dans le nuage est d'une importance vitale pour le ministère américain de la défense. Le Pentagone doit à présent réévaluer l'état du projet JEDI, étant donné que les procès en cours intentés entre autres par AWS à propos de l'attribution du contrat lié à la modernisation numérique de l'armée continuent de prendre du retard.Un juge a demandé à AWS, à Microsoft et au ministère public américain de remettre un rapport de statut conjoint incluant une proposition pour une procédure ultérieure dans l'affaire en cours et ce, pour le 28 mai.Le contrat Joint Enterprise Defense Infrastructure Cloud (JEDI) a pour but de moderniser en profondeur le Pentagone sur le plan technologique. Mais il s'agit aussi d'un fameux incitant financier pour l'entreprise qui fournira les services dans le nuage. Initialement, le Pentagone avait choisi Microsoft, mais son concurrent Amazon s'y opposa quasiment aussitôt.Fin 2020, le Pentagone signala avoir revu l'ensemble de la procédure, mais encore et toujours opter pour Microsoft. Plus tôt en février 2020, un juge avait décidé que le contrat devait être mis en attente à la demande d'Amazon. Cette entreprise brandit encore et toujours l'argument selon lequel le contrat a été injustement influencé par l'ex-président Donald Trump.'Une réévaluation n'est rien de plus qu'une tentative de valider une décision erronée, non-objective et politiquement corrompue', a affirmé Amazon dans le cadre d'une réaction. Et l'entreprise de faire observer avoir remis une offre inférieure de plusieurs dizaines de millions de dollars par rapport à celle de Microsoft. Mais le ministre américain de la défense, Mark Esper, a démenti que le contrat avait été attribué de manière partiale au détriment d'Amazon.De son côté, Oracle a précédemment perdu sa procédure en appel supérieur pour n'avoir pas été choisie pour le contrat JEDI Cloud.En collaboration avec Dutch IT-Channel.