"De nombreux comptes ont été désactivés et des sites web ont été mis hors d'état de nuire", a déclaré lundi matin Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral.

Le parquet fédéral avait déjà lancé une cyberattaque sur Amaq en 2018, mais l'agence de presse et les sites et comptes annexés avaient été réactivés peu de temps après. "Cela nous a un peu surpris et c'est pourquoi nous avons essayé de faire mieux cette fois-ci", a déclaré le parquet fédéral. "L'opération semble avoir réussi". Nous avons pu bloquer de nombreux comptes et désactiver une série de sites web. Nul doute qu'ils essaieront de les réactiver dans les prochains jours, mais cela prendra du temps, des ressources et de l'argent." L'enquête sur les serveurs de l'Etat islamique est entre les mains de la police judiciaire fédérale de Flandre orientale. Le parquet fédéral et Europol donneront un point presse sur cette cyberattaque au siège d'Europol à La Haye, ce lundi à 14h. (Belga)