Un chargeur universel serait non seulement plus pratique à l'usage, mais causerait aussi moins de déchets. Selon des estimations, la montagne de chargeurs, qui prennent la poussière dans les tiroirs de quasiment chaque famille européenne, s'accroît annuellement de plus cinquante mille tonnes. La Commission européenne avait déjà déterminé que chaque année, ce sont quelque 300 millions d'euros qui sont gaspillés dans l'achat de chargeurs et de câbles qui ne sont plus utilisables après l'acquisition d'un nouvel appareil.

"Les Européens se noient dans leurs déchets électroniques. C'est un scandale!", a-t-on entendu hier soir au Parlement de Strasbourg. Selon l'euro-parlementaire néerlandaise Liesje Schreinemacher, 'la mise au point d'un chargeur universel ne doit quand même pas être si compliqué'. Une collaboration au sein de l'industrie sur une base volontaire, comme la Commission européenne le souhaite depuis 2004, ne semble pas fonctionner, selon Schreinemacher. Elle invite par conséquent la Commission à présenter elle-même le projet d'un chargeur universel.

Maros Sefcovic, le vice-président de la Commission européenne, a reconnu que malgré les efforts consentis, le but n'était pas encore atteint. Il a dès lors présenté une combinaison de solutions, parmi lesquelles la vente de téléphones mobiles sans chargeur. La direction de l'UE publiera les prochains jours une étude sur la question et est prête, selon Sefcovic, à prendre rapidement des mesures.

Un chargeur universel serait non seulement plus pratique à l'usage, mais causerait aussi moins de déchets. Selon des estimations, la montagne de chargeurs, qui prennent la poussière dans les tiroirs de quasiment chaque famille européenne, s'accroît annuellement de plus cinquante mille tonnes. La Commission européenne avait déjà déterminé que chaque année, ce sont quelque 300 millions d'euros qui sont gaspillés dans l'achat de chargeurs et de câbles qui ne sont plus utilisables après l'acquisition d'un nouvel appareil."Les Européens se noient dans leurs déchets électroniques. C'est un scandale!", a-t-on entendu hier soir au Parlement de Strasbourg. Selon l'euro-parlementaire néerlandaise Liesje Schreinemacher, 'la mise au point d'un chargeur universel ne doit quand même pas être si compliqué'. Une collaboration au sein de l'industrie sur une base volontaire, comme la Commission européenne le souhaite depuis 2004, ne semble pas fonctionner, selon Schreinemacher. Elle invite par conséquent la Commission à présenter elle-même le projet d'un chargeur universel.Maros Sefcovic, le vice-président de la Commission européenne, a reconnu que malgré les efforts consentis, le but n'était pas encore atteint. Il a dès lors présenté une combinaison de solutions, parmi lesquelles la vente de téléphones mobiles sans chargeur. La direction de l'UE publiera les prochains jours une étude sur la question et est prête, selon Sefcovic, à prendre rapidement des mesures.