Le doublement de la limite est surtout une conséquence de la crise du corona. 'Payer sans contact est la façon la plus hygiénique de s'acquitter de ses achats en cette époque. Il ne faut ainsi plus toucher le clavier du terminal de paiement pour exécuter ce dernier', affirme la fédération bancaire Febelfin.

Ce qui est nouveau aussi, c'est que le consommateur ne doit plus introduire un code pin qu'après avoir effectué plus de 100 euros de paiements sans contact successifs (le même jour). Cette limite cumulative se situait jusqu'à présent à 50 euros.

'La mesure restera d'application aussi longtemps que nécessaire', ajoute Febelfin. Test Achats plaide déjà pour que ces nouvelles limites des paiements sans contact soient de nouveau réduites après la crise. 'Dans les circonstances actuelles, on en voit certainement l'utilité, mais il ne faut pas être aveugle au fait qu'une telle augmentation attirra d'autant plus les fraudeurs et les criminels', déclare-t-on chez l'organisation de défense des consommateurs.

Le doublement de la limite est surtout une conséquence de la crise du corona. 'Payer sans contact est la façon la plus hygiénique de s'acquitter de ses achats en cette époque. Il ne faut ainsi plus toucher le clavier du terminal de paiement pour exécuter ce dernier', affirme la fédération bancaire Febelfin.Ce qui est nouveau aussi, c'est que le consommateur ne doit plus introduire un code pin qu'après avoir effectué plus de 100 euros de paiements sans contact successifs (le même jour). Cette limite cumulative se situait jusqu'à présent à 50 euros.'La mesure restera d'application aussi longtemps que nécessaire', ajoute Febelfin. Test Achats plaide déjà pour que ces nouvelles limites des paiements sans contact soient de nouveau réduites après la crise. 'Dans les circonstances actuelles, on en voit certainement l'utilité, mais il ne faut pas être aveugle au fait qu'une telle augmentation attirra d'autant plus les fraudeurs et les criminels', déclare-t-on chez l'organisation de défense des consommateurs.