Au quatrième trimestre, son chiffre d'affaires s'est établi à 21,77 milliards de dollars, en hausse de 0,1 pour cent sur une base annuelle et un peu mieux que les attentes des analystes. Pour ce même trimestre, le bénéfice net a été de 3,7 milliards de dollars, en augmentation de 88 pour cent par rapport à la même période de l'année précédente et ce, même si c'est surtout dû au fait qu'IBM avait procédé fin 2018 à un important amortissement. Avec ces résultats, IBM a clôturé son meilleur trimestre depuis un an et demi.

Ces chiffres positifs sont surtout à mettre au compte des activités 'cloud' d'IBM, dont celles de l'entreprise Red Hat récemment rachetée. La division Cloud & Cognitive Software, où se trouve Red Hat, a enregistré au quatrième trimestre un chiffre d'affaire de 7,2 milliards de dollars, en hausse de 8,7 pour cent sur une base annuelle. IBM fait observer que seule une partie du chiffre d'affaires de Red Hat a été prise en considération, mais que tous les coûts du rachat ont, eux, été bien comptabilisés.

L'autre grande division d'IBM, Global Technology Services, a réalisé un chiffre d'affaires de 6,9 milliards de dollars, en recul de 4,8 pour cent sur une base annuelle. Cette division comprend notamment les services pour centres de données de l'entreprise.

Sur l'ensemble de l'exercice 2019, IBM a enregistré 77,15 milliards de dollars de chiffre d'affaires, en baisse de 3,1 pour cent par rapport à 2018. Le bénéfice net s'est établi à 9,8 milliards de dollars, en hausse de huit pour cent par rapport à l'année précédente. Le gain par action a été de 13,35 dollars, ce qui est mieux que les 13,29 dollars attendus par les analystes.

Cela fait quelques années déjà qu'IBM navigue en eaux troubles, mais le tanker technologique a entre-temps changé de cap vers le nuage, et cela semble progressivement porter ses fruits. Au quatrième trimestre, l'activité 'cloud' de l'entreprise n'a jamais été aussi importante avec un chiffre d'affaires de 6,8 milliards de dollars, en progression de 21 pour cent.

L'entreprise a ces dernières années aussi interrompu d'anciennes activités commerciales telles les logiciels bureautiques Lotus et Domino et précédemment encore sa division des serveurs X86, pour investir pleinement dans des activités dans le nuage. Depuis l'été dernier, il convient donc d'y ajouter aussi le spécialiste open source Red Hat, pour lequel IBM a déboursé 34 milliards de dollars.

Au quatrième trimestre, son chiffre d'affaires s'est établi à 21,77 milliards de dollars, en hausse de 0,1 pour cent sur une base annuelle et un peu mieux que les attentes des analystes. Pour ce même trimestre, le bénéfice net a été de 3,7 milliards de dollars, en augmentation de 88 pour cent par rapport à la même période de l'année précédente et ce, même si c'est surtout dû au fait qu'IBM avait procédé fin 2018 à un important amortissement. Avec ces résultats, IBM a clôturé son meilleur trimestre depuis un an et demi.Ces chiffres positifs sont surtout à mettre au compte des activités 'cloud' d'IBM, dont celles de l'entreprise Red Hat récemment rachetée. La division Cloud & Cognitive Software, où se trouve Red Hat, a enregistré au quatrième trimestre un chiffre d'affaire de 7,2 milliards de dollars, en hausse de 8,7 pour cent sur une base annuelle. IBM fait observer que seule une partie du chiffre d'affaires de Red Hat a été prise en considération, mais que tous les coûts du rachat ont, eux, été bien comptabilisés.L'autre grande division d'IBM, Global Technology Services, a réalisé un chiffre d'affaires de 6,9 milliards de dollars, en recul de 4,8 pour cent sur une base annuelle. Cette division comprend notamment les services pour centres de données de l'entreprise.Sur l'ensemble de l'exercice 2019, IBM a enregistré 77,15 milliards de dollars de chiffre d'affaires, en baisse de 3,1 pour cent par rapport à 2018. Le bénéfice net s'est établi à 9,8 milliards de dollars, en hausse de huit pour cent par rapport à l'année précédente. Le gain par action a été de 13,35 dollars, ce qui est mieux que les 13,29 dollars attendus par les analystes.Cela fait quelques années déjà qu'IBM navigue en eaux troubles, mais le tanker technologique a entre-temps changé de cap vers le nuage, et cela semble progressivement porter ses fruits. Au quatrième trimestre, l'activité 'cloud' de l'entreprise n'a jamais été aussi importante avec un chiffre d'affaires de 6,8 milliards de dollars, en progression de 21 pour cent.L'entreprise a ces dernières années aussi interrompu d'anciennes activités commerciales telles les logiciels bureautiques Lotus et Domino et précédemment encore sa division des serveurs X86, pour investir pleinement dans des activités dans le nuage. Depuis l'été dernier, il convient donc d'y ajouter aussi le spécialiste open source Red Hat, pour lequel IBM a déboursé 34 milliards de dollars.