Le nouveau train est destiné à terme à remplacer les locomotives fonctionnant au diesel dans le trafic régional. 'L'utilisation de l'hydrogène sur le rail s'inscrit dans le projet du gouvernement allemand d'électrifier 75 pour cent du réseau ferroviaire à l'horizon 2030 et donc d'être moins polluant', déclare Michael Theurer, secrétaire d'Etat en charge des affaires numériques et du transport.

Mireo Plus H

Ce modèle de train, baptisé Mireo Plus H, exploite de 'l'hydrogène vert' extrait d'une énergie propre et n'émettant que de la valeur et de l'eau. 'Chaque train fourni permettra sur une durée de vie de trente ans d'épargner jusqu'à 45.000 tonnes de CO2 en comparaison avec les voyages en voiture correspondants', affirme Michael Peter, CEO de Siemens Mobility.

La Deutsche Bahn s'est chargée de la mise en oeuvre d'une station-service capable d'alimenter le train à l'hydrogène aussi rapidement qu'un train diesel. Par ce programme, Siemens tente de rattraper son concurrent français Alstom, qui met déjà sur le marché des rames à l'hydrogène: deux länder allemands ont du reste commandé 41 rames, alors que des essais sont effectués en Autriche, aux Pays-Bas (avec Engie), en Pologne, en Suède et en France.

Le nouveau train est destiné à terme à remplacer les locomotives fonctionnant au diesel dans le trafic régional. 'L'utilisation de l'hydrogène sur le rail s'inscrit dans le projet du gouvernement allemand d'électrifier 75 pour cent du réseau ferroviaire à l'horizon 2030 et donc d'être moins polluant', déclare Michael Theurer, secrétaire d'Etat en charge des affaires numériques et du transport.Ce modèle de train, baptisé Mireo Plus H, exploite de 'l'hydrogène vert' extrait d'une énergie propre et n'émettant que de la valeur et de l'eau. 'Chaque train fourni permettra sur une durée de vie de trente ans d'épargner jusqu'à 45.000 tonnes de CO2 en comparaison avec les voyages en voiture correspondants', affirme Michael Peter, CEO de Siemens Mobility.La Deutsche Bahn s'est chargée de la mise en oeuvre d'une station-service capable d'alimenter le train à l'hydrogène aussi rapidement qu'un train diesel. Par ce programme, Siemens tente de rattraper son concurrent français Alstom, qui met déjà sur le marché des rames à l'hydrogène: deux länder allemands ont du reste commandé 41 rames, alors que des essais sont effectués en Autriche, aux Pays-Bas (avec Engie), en Pologne, en Suède et en France.