Un robot capable de rouler, de voler, de flotter et de nager, mais aussi de se fixer à d'autres robots, afin de former une seule grande machine, avant d'à nouveau progresser par lui-même. Tel est le fondement de la série Transformers, qui pourrait bien devenir réalité. L'organisation aéronautique américaine NASA prépare en effet un tel projet baptisé Shapeshifter.

Un premier prototype a déjà été développé et testé dans le laboratoire spatial JPL en Californie. La NASA le décrit comme "un appareil qui ressemble à un drone imbriqué dans une roue oblongue." Ce type de robot amphibie volant devrait aider à effectuer des missions difficiles et dangereuses sur des planètes et lunes très éloignées. La NASA espère que les robots pourront un jour gagner Titan, l'une des plus de soixante lunes de la planète Saturne.

Le prototype du Shapeshifter ressemble à un drone intégré à une roue. © NASA

Titan, découverte en 1655 par Christiaan Huygens, est le seul endroit en dehors de la Terre, dont on sait avec certitude qu'il y a une présence de liquide en surface. Titan a des lacs, des mers et des rivières de méthane et d'éthane liquides. Cette lune disposerait aussi de grottes et de volcans ne crachant pas de magma, mais de l'ammoniaque.

Pour un paysage de ce genre, il faut un robot qui "soit polyvalent et puisse se mouvoir sur de nombreuses surfaces différentes, mais qui soit aussi suffisamment compact pour pouvoir prendre place dans une fusée". Ses composants sont à présent encore 'semi-autonomes' - des humains doivent encore presser des boutons -, mais à la longue, ce robot devrait pouvoir prendre lui-même des décisions. Un ensemble de dix robots serait capable de soulever un atterrisseur et de le déplacer dans l'espace.

Il est loin d'être certain à l'heure actuelle que le Shapeshifter se retrouve un jour dans l'espace. L'année prochaine, la décision devrait être prise quant à poursuivre son développement. La prochaine mission vers Titan sera accomplie par le drone Dragonfly, qui devrait être lancé en 2026 pour atteindre son but huit ans plus tard.