Les chiffres annuels de l'IBPT concernent le paysage télécom mobile. On y apprend entre autres qu'il y a eu l'année dernière une croissance de 16 pour cent du nombre d'abonnements et de packs mobiles par rapport à 2020. Le chiffre d'affaires a également progressé de 24 à 43 pour cent.

Le nombre de cartes SIM actives (hors M2M) a grimpé de 2,1 pour cent. La quantité de cartes prépayées a elle diminué de 18,1 à 15,8 millions. Il convient d'y ajouter 488.309 abonnements. Le nombre de cartes SIM data (à ne pas confondre avec data-only) a progressé de 4,7 pour cent à 10,82 millions. Leur consommation a été l'année dernière de 4,8 giga-octets par mois, soit 2,5 fois plus que les 1,9 Go de 2018.

LPWAN a le vent en poupe

L'IBPT fait aussi observer que les connexions IoT (Internet des objets) ont enregistré une forte croissance. Fin 2021, il était question de 5,8 millions d'objets IoT, ce qui représentait une hausse de 31 pour cent en l'espace d'un an. Il s'agit ici d'appareils qui établissent une connexion avec les réseaux 2G/3G/4G/5G ou avec un low power wide area network (LPWAN), le type de réseau conçu pour transférer avec peu d'énergie (ce qui accroît d'autant l'autonomie de la batterie) des petites quantités de données.

Par souci de clarté, les chiffres relatifs aux connexions IoT n'ont rien à voir avec les appareils IoT sans connexion télécom. Un thermostat ou capteur intelligent établissant une connexion au wifi n'y est donc pas repris.

La plupart de ces connexions IoT - quelque 72 pour cent - transitent par le réseau mobile classique. Le reste se trouve sur un réseau LPWAN. Ici, l'IBPT parle d'une percée en 2021. Fin de l'année dernière, quelque 1,54 million d'objets IoT étaient connectés, soit 2,4 fois plus que fin 2020. Le trafic de données des cartes SIM M2M (donc sans connexion LPWAN) a progressé de 22 pour cent à 1,74 pétaoctet.

Les chiffres annuels de l'IBPT concernent le paysage télécom mobile. On y apprend entre autres qu'il y a eu l'année dernière une croissance de 16 pour cent du nombre d'abonnements et de packs mobiles par rapport à 2020. Le chiffre d'affaires a également progressé de 24 à 43 pour cent.Le nombre de cartes SIM actives (hors M2M) a grimpé de 2,1 pour cent. La quantité de cartes prépayées a elle diminué de 18,1 à 15,8 millions. Il convient d'y ajouter 488.309 abonnements. Le nombre de cartes SIM data (à ne pas confondre avec data-only) a progressé de 4,7 pour cent à 10,82 millions. Leur consommation a été l'année dernière de 4,8 giga-octets par mois, soit 2,5 fois plus que les 1,9 Go de 2018.L'IBPT fait aussi observer que les connexions IoT (Internet des objets) ont enregistré une forte croissance. Fin 2021, il était question de 5,8 millions d'objets IoT, ce qui représentait une hausse de 31 pour cent en l'espace d'un an. Il s'agit ici d'appareils qui établissent une connexion avec les réseaux 2G/3G/4G/5G ou avec un low power wide area network (LPWAN), le type de réseau conçu pour transférer avec peu d'énergie (ce qui accroît d'autant l'autonomie de la batterie) des petites quantités de données.Par souci de clarté, les chiffres relatifs aux connexions IoT n'ont rien à voir avec les appareils IoT sans connexion télécom. Un thermostat ou capteur intelligent établissant une connexion au wifi n'y est donc pas repris.La plupart de ces connexions IoT - quelque 72 pour cent - transitent par le réseau mobile classique. Le reste se trouve sur un réseau LPWAN. Ici, l'IBPT parle d'une percée en 2021. Fin de l'année dernière, quelque 1,54 million d'objets IoT étaient connectés, soit 2,4 fois plus que fin 2020. Le trafic de données des cartes SIM M2M (donc sans connexion LPWAN) a progressé de 22 pour cent à 1,74 pétaoctet.