Vendredi dernier, Niantic a lancé le jeu pour smartphone aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Et samedi, ce fut le tour de toute une série d'autres pays, dont la Belgique.

Wizards Unite est le successeur d'Ingress et de Pokémon Go. Tout comme dans le cas de ces deux jeux précédents de Niantic, l'objectif est ici aussi de faire déambuler les acteurs en rue. En fonction de leur emplacement apparaîtront alors toutes sortes de personnages magiques sous la forme d'une fine couche de réalité augmentée par-dessus la réalité. Les joueurs pourront y 'jeter des sorts' en élaborant le mieux possible un modèle sur l'écran de leur smartphone. Ce genre de sort coûte cependant 'de l'énergie'. Même si cette énergie peut être rechargée en entrant par exemple dans une auberge, elle risque de s'épuiser rapidement. Le jeu tente donc d'inciter les joueurs à acquérir de l'énergie supplémentaire.

Ce jeu AR peut être téléchargé gratuitement, mais en misant sur ce genre d'achats 'in-app', Niantic essaie d'engranger des rentrées financières. Rappelons qu'en agissant ainsi, l'éditeur a pu s'assurer une source lucrative de l'immensément populaire Pokémon Go. Bien sûr, rien ne dit aujourd'hui qu'Harry Potter: Wizards Unite égalera ce succès.

Selon l'analyste de données SensorTower, 300.000 dollars pourraient être empochés par Niantic au cours des 24 premières heures. Ce serait moins que pour Pokémon Go lequel, selon SensorTower, a lors de sa sortie rapporté quotidiennement 1,6 million de dollars. En Belgique, le jeu Harry Potter a au bout de deux journées été téléchargé 70.000 fois déjà dans le Google Play Store.