Un deuxième juge américain a en effet donné raison à TikTok dans le cadre de l'objection introduite à l'encontre de l'ordre lancé par Trump en vue de transférer toutes les activités américaines de TikTok à un acteur installé aux Etats-Unis. Précédemment déjà, un autre juge avait prononcé une sentence similaire. Ces deux juges ont sommé les autorités de ne pas imposer de limitations à l'utilisation de TikTok aux Etats-Unis, afin de forcer leur propre volonté. Dans la pratique, les limitations s'apparenteraient à l'arrêt pur et simple de l'appli, ce qui serait abusif, selon les juges.

Trump avait en août émis un décret présidentiel intimant à Bytedance, le propriétaire chinois de l'appli vidéo extrêmement populaire, comptant plus de 100 millions d'utilisateurs américains, de céder ses activités aux Etats-Unis dans un délai de 90 jours. Et récemment, Washington a décidé de ne plus accorder à TikTok un nouveau report. Les négociations entre l'entreprise chinoise et les autorités américaines à propos de la revente forcée devaient donc se poursuivre invariablement.

L'appli TikTok est depuis des mois déjà fortement sous pression aux Etats-Unis. Selon Trump, TikTok collecte nettement trop de données qui aboutissent ensuite via ByteDance chez le gouvernement chinois. Il exigea par conséquent que les activités américaines de TikTok soient revendues à un acteur américain. En septembre, il approuva un accord conclu entre ByteDance, Oracle et Walmart, par lequel les activités américaines de TikTok seraient hébergées dans une nouvelle entreprise. Mais TikTok continue néanmoins de s'opposer aux interventions gouvernementales américaines.

Un deuxième juge américain a en effet donné raison à TikTok dans le cadre de l'objection introduite à l'encontre de l'ordre lancé par Trump en vue de transférer toutes les activités américaines de TikTok à un acteur installé aux Etats-Unis. Précédemment déjà, un autre juge avait prononcé une sentence similaire. Ces deux juges ont sommé les autorités de ne pas imposer de limitations à l'utilisation de TikTok aux Etats-Unis, afin de forcer leur propre volonté. Dans la pratique, les limitations s'apparenteraient à l'arrêt pur et simple de l'appli, ce qui serait abusif, selon les juges.Trump avait en août émis un décret présidentiel intimant à Bytedance, le propriétaire chinois de l'appli vidéo extrêmement populaire, comptant plus de 100 millions d'utilisateurs américains, de céder ses activités aux Etats-Unis dans un délai de 90 jours. Et récemment, Washington a décidé de ne plus accorder à TikTok un nouveau report. Les négociations entre l'entreprise chinoise et les autorités américaines à propos de la revente forcée devaient donc se poursuivre invariablement.L'appli TikTok est depuis des mois déjà fortement sous pression aux Etats-Unis. Selon Trump, TikTok collecte nettement trop de données qui aboutissent ensuite via ByteDance chez le gouvernement chinois. Il exigea par conséquent que les activités américaines de TikTok soient revendues à un acteur américain. En septembre, il approuva un accord conclu entre ByteDance, Oracle et Walmart, par lequel les activités américaines de TikTok seraient hébergées dans une nouvelle entreprise. Mais TikTok continue néanmoins de s'opposer aux interventions gouvernementales américaines.