A la demande de Peeters, le gouvernement flamand a approuvé la note Clean Power for Transport 2030. Celle-ci contient les objectifs en vue de rendre le transport plus vert en Flandre et d'y déployer une infrastructure de recharge. Le but est d'atteindre d'ici 2030 une réduction de 23 pour cent des émissions de CO2.

Une borne pour dix voitures

Pour réaliser l'objectif européen d'une borne de recharge publique par tranche de dix voitures électriques, Peeters souhaite que d'ici 2025, quelque 35.000 bornes de recharge soient accessibles publiquement. 'En garantissant une infrastructure de recharge, nous stimulerons les véhicules pauvres en carbone et ceux neutres en émissions chez les particuliers et les entreprises', déclare la ministre.

Le premier appel à projets pour une infrastructure de recharge (semi-)publique dans le domaine privé sera lancé prochainement. Peeters a libéré dans ce but un minimum de trois millions d'euros.

'Cartes potentielles' en préparation

L'objectif est également de placer des panneaux d'information le long des autoroutes et des routes régionales. La procédure d'installation d'une borne de recharge publique prend beaucoup de temps et doit être réduite, selon Peeters. Elle entend gagner du temps en cartographiant les emplacements potentiels prévus. Ces 'cartes potentielles' sont actuellement en préparation.

A la demande de Peeters, le gouvernement flamand a approuvé la note Clean Power for Transport 2030. Celle-ci contient les objectifs en vue de rendre le transport plus vert en Flandre et d'y déployer une infrastructure de recharge. Le but est d'atteindre d'ici 2030 une réduction de 23 pour cent des émissions de CO2.Pour réaliser l'objectif européen d'une borne de recharge publique par tranche de dix voitures électriques, Peeters souhaite que d'ici 2025, quelque 35.000 bornes de recharge soient accessibles publiquement. 'En garantissant une infrastructure de recharge, nous stimulerons les véhicules pauvres en carbone et ceux neutres en émissions chez les particuliers et les entreprises', déclare la ministre.Le premier appel à projets pour une infrastructure de recharge (semi-)publique dans le domaine privé sera lancé prochainement. Peeters a libéré dans ce but un minimum de trois millions d'euros.L'objectif est également de placer des panneaux d'information le long des autoroutes et des routes régionales. La procédure d'installation d'une borne de recharge publique prend beaucoup de temps et doit être réduite, selon Peeters. Elle entend gagner du temps en cartographiant les emplacements potentiels prévus. Ces 'cartes potentielles' sont actuellement en préparation.