Samedi, le Gemeentelijke Gezondheidsdienst (GGD) néerlandais a désactivé la fonction d'impression de ses systèmes ICT (HPZone et HPZone Lite), pour contrer le partage illicite de données de personnes, comme il ressort d'une enquête de la chaîne NOS.

Il s'agit là d'une réaction à un scandale en matière de respect de la vie privée. Début de la semaine dernière, RTL Nederland annonçait que les données personnelles de millions de Néerlandais se trouvaient en vente en ligne. Ces données provenaient de CoronIT, qui conserve les données des gens ayant subi un test corona, et de HPzone Light, le système d'analyse des sources et contacts, où figurent les données privées de Néerlandais contaminés.

Impression de données personnelles

Il se fait que HPzone Lite contient une fonction permettant d'imprimer facilement les données de cent personnes à la fois. Or cette fonction était activée pour tous les collaborateurs utilisant le progiciel. Après pas mal de discussions, au cours desquelles les pouvoirs publics néerlandais affirmèrent que le système est sûr, parce que les collaborateurs s'engagent sur l'honneur à ne pas négocier ces données, il semble à présent que le GGD ait quand même désactivé ladite fonction et ce, une semaine après avoir été informé d'une fuite dans ses systèmes.

La fonction d'exportation entre-temps pointée du doigt avait en grande partie déjà été désactivée, à l'exception de la possibilité d'imprimer des listes de données personnelles. Au départ de la fonction d'impression, les données en question peuvent ensuite être stockées sous la firme d'un pdf, afin de ne pas pouvoir être partagées avec d'autres.

Samedi, le Gemeentelijke Gezondheidsdienst (GGD) néerlandais a désactivé la fonction d'impression de ses systèmes ICT (HPZone et HPZone Lite), pour contrer le partage illicite de données de personnes, comme il ressort d'une enquête de la chaîne NOS.Il s'agit là d'une réaction à un scandale en matière de respect de la vie privée. Début de la semaine dernière, RTL Nederland annonçait que les données personnelles de millions de Néerlandais se trouvaient en vente en ligne. Ces données provenaient de CoronIT, qui conserve les données des gens ayant subi un test corona, et de HPzone Light, le système d'analyse des sources et contacts, où figurent les données privées de Néerlandais contaminés.Impression de données personnellesIl se fait que HPzone Lite contient une fonction permettant d'imprimer facilement les données de cent personnes à la fois. Or cette fonction était activée pour tous les collaborateurs utilisant le progiciel. Après pas mal de discussions, au cours desquelles les pouvoirs publics néerlandais affirmèrent que le système est sûr, parce que les collaborateurs s'engagent sur l'honneur à ne pas négocier ces données, il semble à présent que le GGD ait quand même désactivé ladite fonction et ce, une semaine après avoir été informé d'une fuite dans ses systèmes.La fonction d'exportation entre-temps pointée du doigt avait en grande partie déjà été désactivée, à l'exception de la possibilité d'imprimer des listes de données personnelles. Au départ de la fonction d'impression, les données en question peuvent ensuite être stockées sous la firme d'un pdf, afin de ne pas pouvoir être partagées avec d'autres.