Cet exercice sera organisé par la banque centrale française. Rappelons que la France préside le G7 cette année. Dans le cadre de la simulation, une partie fréquemment utilisée du secteur financier sera contaminée par du malware, à savoir un logiciel mal intentionné. Ce sera la première fois que G7 se livre à ce genre d'exercice. Des entreprises françaises, italiennes, allemandes et japonaises y prendront part.

En 2017 déjà, le G7 avait décidé de collaborer davantage en vue de lutter contre les cyber-attaques. 'Les cyber-menaces font que nous devons davantage coopérer'', a déclaré le ministre français des finances, Bruno Le Maire, vendredi.

Le G7 se compose de la France, de l'Allemagne, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, du Canada, de l'Italie et du Japon. L'UE s'en est rapprochée depuis 1981.