Le directeur de l'entreprise télécom chinoise a parlé avec des journalistes lors de la présentation d'un projet minier 5G dans la ville de Taiyuan. Selon l'agence de presse Reuters, il déclara notamment qu'il espérait que les Etats-Unis mèneraient une politique plus ouverte sous la présidence de Joe Biden.

Et Ren Zhengfei d'insister sur le fait qu'il serait bon pour les entreprises et pour l'économie américaine que les livraisons à Huawei puissent reprendre: 'Nous espérons que le nouveau gouvernement appliquera une stratégie plus ouverte au profit des firmes américaines et du développement économique des Etats-Unis.'

Sous la houlette de l'ex-président Donald Trump, les Etats-Unis avaient pris la décision en mai 2019 de placer Huawei sur une liste noire, ce qui signifiait que les firmes américaines n'étaient plus autorisées à lui vendre des technologies essentielles. Plus tard, cette sanction fut encore étendue aux firmes du monde entier ayant des activités aux Etats-Unis.

Il en résulte entre autres depuis lors qu'Huawei ne peut plus acheter de puces hors de Chine. Initialement, c'était surtout un problème pour les fournisseurs américains, mais avec le renforcement ultérieur de la sanction, Huawei dut également renoncer à acheter des puces à la société taïwanaise TSMC. Pour les consommateurs, ce bannissement se fait surtout sentir au niveau des smartphones, qui ne tournent plus sur une version à part entière d'Android, mais sur Harmony d'Huawei même, à savoir une version adaptée d'Android sans accès à Google Play.

Le directeur de l'entreprise télécom chinoise a parlé avec des journalistes lors de la présentation d'un projet minier 5G dans la ville de Taiyuan. Selon l'agence de presse Reuters, il déclara notamment qu'il espérait que les Etats-Unis mèneraient une politique plus ouverte sous la présidence de Joe Biden.Et Ren Zhengfei d'insister sur le fait qu'il serait bon pour les entreprises et pour l'économie américaine que les livraisons à Huawei puissent reprendre: 'Nous espérons que le nouveau gouvernement appliquera une stratégie plus ouverte au profit des firmes américaines et du développement économique des Etats-Unis.'Sous la houlette de l'ex-président Donald Trump, les Etats-Unis avaient pris la décision en mai 2019 de placer Huawei sur une liste noire, ce qui signifiait que les firmes américaines n'étaient plus autorisées à lui vendre des technologies essentielles. Plus tard, cette sanction fut encore étendue aux firmes du monde entier ayant des activités aux Etats-Unis.Il en résulte entre autres depuis lors qu'Huawei ne peut plus acheter de puces hors de Chine. Initialement, c'était surtout un problème pour les fournisseurs américains, mais avec le renforcement ultérieur de la sanction, Huawei dut également renoncer à acheter des puces à la société taïwanaise TSMC. Pour les consommateurs, ce bannissement se fait surtout sentir au niveau des smartphones, qui ne tournent plus sur une version à part entière d'Android, mais sur Harmony d'Huawei même, à savoir une version adaptée d'Android sans accès à Google Play.