L'un des principaux chantiers de l'e-gouvernement fédéral est de faire évoluer l'actuel moteur de messagerie (UME) qui relie les différentes administrations - développé en son temps en interne en collaboration avec Atos Origin - vers un "Federal Service Bus" qui jette les bases d'une architecture orientée services (SOA). Pour l'accompagner dans cette évolution, le Fedict (www.fedict.be) vient de terminer une procédure d'attribution de marchés dont Dolmen est sortie vainqueur. Une source proche du dossier nous rapporte qu'Accenture figurait également sur la "shortlist". L'offre victorieuse de Dolmen est basée sur Aqualogic, la plate-forme de gestion des services web de Bea Systems.Nous reviendrons plus en détails dans une prochaine édition de Data News sur les raisons de ce choix, mais en bref, le Fedict souhaitait abandonner une approche basée sur des développements internes (et qui nécessitait beaucoup d'adaptations auprès des différentes administrations) pour un produit du marché qui intègre davantage de fonctions en standard et évite de devoir réinventer la roue. Surtout, le "Federal Service Bus" devra aller au-delà d'un simple moyen de transport de messages et faciliter l'ajout et le partage entre administrations de nouveaux services web.

L'un des principaux chantiers de l'e-gouvernement fédéral est de faire évoluer l'actuel moteur de messagerie (UME) qui relie les différentes administrations - développé en son temps en interne en collaboration avec Atos Origin - vers un "Federal Service Bus" qui jette les bases d'une architecture orientée services (SOA). Pour l'accompagner dans cette évolution, le Fedict (www.fedict.be) vient de terminer une procédure d'attribution de marchés dont Dolmen est sortie vainqueur. Une source proche du dossier nous rapporte qu'Accenture figurait également sur la "shortlist". L'offre victorieuse de Dolmen est basée sur Aqualogic, la plate-forme de gestion des services web de Bea Systems.Nous reviendrons plus en détails dans une prochaine édition de Data News sur les raisons de ce choix, mais en bref, le Fedict souhaitait abandonner une approche basée sur des développements internes (et qui nécessitait beaucoup d'adaptations auprès des différentes administrations) pour un produit du marché qui intègre davantage de fonctions en standard et évite de devoir réinventer la roue. Surtout, le "Federal Service Bus" devra aller au-delà d'un simple moyen de transport de messages et faciliter l'ajout et le partage entre administrations de nouveaux services web.