Rei Isjii (32 ans) avait volé cet argent à la Sony Life Insurance Company, une filiale de la firme technologique nippone. Il y est arrivé en falsifiant des instructions de transaction, ce qui lui a permis de transférer le montant sur un compte qu'il gérait.

De là, il convertit l'argent en 3.879 bitcoins via Coinbase, qu'il déposa ensuite dans un portefeuille hors ligne ('cold wallet'). L'homme fit aussi parvenir à Sony une lettre dans laquelle il avertissait l'entreprise de ne pas porter plainte sous peine que l'argent disparaisse définitivement.

Mais malgré la conversion en une crypto-monnaie et la conservation hors ligne, le FBI a quand même réussi à mettre la main sur la clé privée, à utiliser l'adresse bitcoin et à ainsi virer le 1er décembre le montant sur son propre compte. Peu après, l'homme fut arrêté au Japon.

Dans son communiqué, le FBI déclare clairement que convertir de l'argent dans une crypto-monnaie n'est pas la solution pour dissimuler de l'argent volé. Il insiste aussi sur le fait qu'il a étroitement collaboré avec les autorités japonaises, mais aussi avec Sony et Citybank.

Rei Isjii (32 ans) avait volé cet argent à la Sony Life Insurance Company, une filiale de la firme technologique nippone. Il y est arrivé en falsifiant des instructions de transaction, ce qui lui a permis de transférer le montant sur un compte qu'il gérait.De là, il convertit l'argent en 3.879 bitcoins via Coinbase, qu'il déposa ensuite dans un portefeuille hors ligne ('cold wallet'). L'homme fit aussi parvenir à Sony une lettre dans laquelle il avertissait l'entreprise de ne pas porter plainte sous peine que l'argent disparaisse définitivement.Mais malgré la conversion en une crypto-monnaie et la conservation hors ligne, le FBI a quand même réussi à mettre la main sur la clé privée, à utiliser l'adresse bitcoin et à ainsi virer le 1er décembre le montant sur son propre compte. Peu après, l'homme fut arrêté au Japon.Dans son communiqué, le FBI déclare clairement que convertir de l'argent dans une crypto-monnaie n'est pas la solution pour dissimuler de l'argent volé. Il insiste aussi sur le fait qu'il a étroitement collaboré avec les autorités japonaises, mais aussi avec Sony et Citybank.