"C'est une décision difficile parce que j'adore Facebook et je suis très enthousiaste à l'idée du futur que nous construisons ensemble", a indiqué Mike Schroepfer sur son profil. Il occupe ce poste depuis 2013 et a notamment supervisé la montée en puissance des systèmes d'intelligence artificielle au sein du groupe californien.

Les logiciels auto-apprenants sont essentiels au modèle économique de l'entreprise, fondé sur le ciblage publicitaire très fin et à très grande échelle, mais aussi pour répondre au défi de la modération des contenus, source de scandales majeurs depuis plusieurs années. En mai dernier, Mike Schroepfer a ainsi présenté un algorithme déployé en 2020, pour détecter les contenus problématiques (violents, haineux, etc) en croisant différents signaux (texte, image) et ainsi avoir "une vision d'ensemble", au lieu d'interpréter trop littéralement un mot pris sans son contexte.

Le géant des réseaux sociaux est accusé par les politiques et la société civile, soit de ne pas lutter suffisamment contre la désinformation, soit de trop "censurer" certaines opinions, notamment chez les conservateurs, pourtant très actifs sur la plateforme.

Mike Schroepfer a indiqué qu'il resterait chez Facebook en tant que conseiller et pourrait ainsi consacrer plus de temps à sa famille et à la philanthropie.

"C'est une décision difficile parce que j'adore Facebook et je suis très enthousiaste à l'idée du futur que nous construisons ensemble", a indiqué Mike Schroepfer sur son profil. Il occupe ce poste depuis 2013 et a notamment supervisé la montée en puissance des systèmes d'intelligence artificielle au sein du groupe californien.Les logiciels auto-apprenants sont essentiels au modèle économique de l'entreprise, fondé sur le ciblage publicitaire très fin et à très grande échelle, mais aussi pour répondre au défi de la modération des contenus, source de scandales majeurs depuis plusieurs années. En mai dernier, Mike Schroepfer a ainsi présenté un algorithme déployé en 2020, pour détecter les contenus problématiques (violents, haineux, etc) en croisant différents signaux (texte, image) et ainsi avoir "une vision d'ensemble", au lieu d'interpréter trop littéralement un mot pris sans son contexte.Le géant des réseaux sociaux est accusé par les politiques et la société civile, soit de ne pas lutter suffisamment contre la désinformation, soit de trop "censurer" certaines opinions, notamment chez les conservateurs, pourtant très actifs sur la plateforme.Mike Schroepfer a indiqué qu'il resterait chez Facebook en tant que conseiller et pourrait ainsi consacrer plus de temps à sa famille et à la philanthropie.