La firme NXP établie à Eindhoven a en 2021 enregistré un chiffre d'affaires record grâce à la forte demande de puces. NXP est un important fournisseur de l'industrie automobile, laquelle est aux prises depuis assez longtemps déjà avec ces pénuries, ce qui dérégule la production. Dans une explication des résultats obtenus, Sievers a indiqué qu'il n'y a pas que l'industrie automobile qui doit faire face aux carences de puces, mais aussi d'autres secteurs industriels. 'Le secteur automobile reçoit le plus d'attention de la part des médias, mais la situation n'est pas meilleure dans d'autres segments que nous desservons', a affirmé le directeur.

Selon NXP, la demande de puces est plus forte que l'offre. Le fabricant néerlandais de machines à puces ASML avait le mois dernier déjà déclaré que la demande pour ses systèmes était supérieure à sa propre capacité de production. En raison des pénuries de semi-conducteurs, les grands fondeurs de puces sont en train de consentir d'énormes investissements en vue d'augmenter leur capacité de production.

Sievers a en outre indiqué à l'agence de presse Bloomberg qu'il supportait le projet de différents pays de mettre en place leur propre capacité de production de puces. C'est ainsi que l'Union européenne entend devenir un important acteur mondial dans le secteur des puces. 'Etant donné que NXP est une entreprise très internationale, nous soutenons assurément ce projet', a ajouté Sievers.

Entre-temps, la pénurie de semi-conducteurs continue de peser sur le secteur automobile. On le constate à présent aussi lors des enregistrements de nouvelles voitures en Belgique. En janvier 2022, 33.947 nouvelles voitures ont été enregistrées dans notre pays, ce qui représente une baisse de dix pour cent par rapport à janvier 2021, selon le SPF Mobilité et la fédération sectorielle Febiac. Pour l'ensemble de 2021, il y eut en Belgique 367.741 enregistrements nets (soit toutes les nouvelles voitures personnelles qui n'étaient pas supprimées endéans les 30 jours suivant leur premier enregistrement), ce qui représente un recul de 11,2 pour cent par rapport à 2020.

La firme NXP établie à Eindhoven a en 2021 enregistré un chiffre d'affaires record grâce à la forte demande de puces. NXP est un important fournisseur de l'industrie automobile, laquelle est aux prises depuis assez longtemps déjà avec ces pénuries, ce qui dérégule la production. Dans une explication des résultats obtenus, Sievers a indiqué qu'il n'y a pas que l'industrie automobile qui doit faire face aux carences de puces, mais aussi d'autres secteurs industriels. 'Le secteur automobile reçoit le plus d'attention de la part des médias, mais la situation n'est pas meilleure dans d'autres segments que nous desservons', a affirmé le directeur.Selon NXP, la demande de puces est plus forte que l'offre. Le fabricant néerlandais de machines à puces ASML avait le mois dernier déjà déclaré que la demande pour ses systèmes était supérieure à sa propre capacité de production. En raison des pénuries de semi-conducteurs, les grands fondeurs de puces sont en train de consentir d'énormes investissements en vue d'augmenter leur capacité de production.Sievers a en outre indiqué à l'agence de presse Bloomberg qu'il supportait le projet de différents pays de mettre en place leur propre capacité de production de puces. C'est ainsi que l'Union européenne entend devenir un important acteur mondial dans le secteur des puces. 'Etant donné que NXP est une entreprise très internationale, nous soutenons assurément ce projet', a ajouté Sievers.Entre-temps, la pénurie de semi-conducteurs continue de peser sur le secteur automobile. On le constate à présent aussi lors des enregistrements de nouvelles voitures en Belgique. En janvier 2022, 33.947 nouvelles voitures ont été enregistrées dans notre pays, ce qui représente une baisse de dix pour cent par rapport à janvier 2021, selon le SPF Mobilité et la fédération sectorielle Febiac. Pour l'ensemble de 2021, il y eut en Belgique 367.741 enregistrements nets (soit toutes les nouvelles voitures personnelles qui n'étaient pas supprimées endéans les 30 jours suivant leur premier enregistrement), ce qui représente un recul de 11,2 pour cent par rapport à 2020.