'J'estime qu'entre 2025 et 2030, on verra apparaître des voitures autonomes parfaitement matures sur le marché', affirme Diess dans le magazine d'affaires allemand Wirtschaftswoche. Et d'ajouter que la capacité des semi-conducteurs à utiliser dans les voitures double toutes les années et demie environ. L'évolution sur le plan de l'intelligence artificielle se déroulerait plus rapidement encore. 'Il est par conséquent à prévoir que les systèmes mis au point seront aussi capables de gérer des situations de circulation complexes.'

Manoeuvre de rattrapage

Récemment, Volkswagen avait annoncé vouloir investir ces cinq prochaines années 73 milliards d'euros dans l'électrification et la numérisation de ses voitures. C'est quasiment la moitié du budget d'investissement total du constructeur. Un renforcement des règles environnementales européennes notamment contraint la marque allemande à consentir ces efforts. De plus, Volkswagen doit réaliser une manoeuvre de rattrapage vis-à-vis de Tesla, le numéro un du marché des voitures électriques.

Diess est très enthousiasmé par Tesla, a-t-il déclaré. 'Un atout de Tesla, c'est que grâce à son parc automobile entre-temps très vaste, elle peut collecter constamment des données et avec le recours à l'intelligence artificielle, elle peut sans cesse améliorer son système', affirme le directeur de Volkswagen.

'J'estime qu'entre 2025 et 2030, on verra apparaître des voitures autonomes parfaitement matures sur le marché', affirme Diess dans le magazine d'affaires allemand Wirtschaftswoche. Et d'ajouter que la capacité des semi-conducteurs à utiliser dans les voitures double toutes les années et demie environ. L'évolution sur le plan de l'intelligence artificielle se déroulerait plus rapidement encore. 'Il est par conséquent à prévoir que les systèmes mis au point seront aussi capables de gérer des situations de circulation complexes.'Récemment, Volkswagen avait annoncé vouloir investir ces cinq prochaines années 73 milliards d'euros dans l'électrification et la numérisation de ses voitures. C'est quasiment la moitié du budget d'investissement total du constructeur. Un renforcement des règles environnementales européennes notamment contraint la marque allemande à consentir ces efforts. De plus, Volkswagen doit réaliser une manoeuvre de rattrapage vis-à-vis de Tesla, le numéro un du marché des voitures électriques.Diess est très enthousiasmé par Tesla, a-t-il déclaré. 'Un atout de Tesla, c'est que grâce à son parc automobile entre-temps très vaste, elle peut collecter constamment des données et avec le recours à l'intelligence artificielle, elle peut sans cesse améliorer son système', affirme le directeur de Volkswagen.