La décision que Twitter a prise suite à l'envahissement du Capitole par les fans excités de Trump, était nécessaire, selon Dorsey, pour des raisons de sécurité. 'Après examen des tweets de @realDonaldTrump et de leur contexte, nous avons bloqué le compte de manière permanente à cause du risque d'incitation à la violence', indiquait Twitter samedi dans une brève explication.

Précédent

'Je ne suis pas satisfait ou fier de devoir exclure @realDonaldTrump de Twitter, ni de la façon dont cela s'est passé', voilà comment Dorsey a défendu la décision ce mercredi. 'Après une mise en garde claire que nous allions agir ainsi, nous avons pris cette décision avec les informations que nous possédions, basées sur la sécurité physique sur et en dehors de Twitter.'

'Etait-ce juste?', demande encore Dorsey aux utilisateurs. Il estime lui-même que son entreprise a pris la bonne décision, mais reconnaît que cela pourrait être un 'dangereux' précédent.

Jeudi dernier déjà, Twitter avait suspendu le compte privé de Trump, qui possède 88 millions de suiveurs. L'entreprise voulait que le président supprime trois tweets postés la veille. S'il les avait retirés, il n'aurait quand même pu tweeter durant une période de douze heures en guise de sanction.

Avertissements

Depuis les élections de novembre dernier, Twitter a placé des avertissements auprès de messages du président, dans lesquels il propageait de la désinformation, comme au sujet des résultats du scrutin. Le site de messagerie avait mis en garde contre le fait que les informations contenues dans ces tweets 'pouvaient être trompeuses' ou à tout le moins 'douteuses'.

Plusieurs médias sociaux, dont Facebook, ont exclu Trump depuis l'envahissement du Capitole, qui causa la mort de cinq personnes. Hier, Snapchat annonça lui aussi qu'il allait clôturer de manière permanente le compte de Trump. En plus des raisons de sécurité, Snapchat évoqua aussi 'la diffusion de fausses informations, de propos haineux et d'incitations à la violence' comme des causes du bannissement.

La décision que Twitter a prise suite à l'envahissement du Capitole par les fans excités de Trump, était nécessaire, selon Dorsey, pour des raisons de sécurité. 'Après examen des tweets de @realDonaldTrump et de leur contexte, nous avons bloqué le compte de manière permanente à cause du risque d'incitation à la violence', indiquait Twitter samedi dans une brève explication.'Je ne suis pas satisfait ou fier de devoir exclure @realDonaldTrump de Twitter, ni de la façon dont cela s'est passé', voilà comment Dorsey a défendu la décision ce mercredi. 'Après une mise en garde claire que nous allions agir ainsi, nous avons pris cette décision avec les informations que nous possédions, basées sur la sécurité physique sur et en dehors de Twitter.''Etait-ce juste?', demande encore Dorsey aux utilisateurs. Il estime lui-même que son entreprise a pris la bonne décision, mais reconnaît que cela pourrait être un 'dangereux' précédent.Jeudi dernier déjà, Twitter avait suspendu le compte privé de Trump, qui possède 88 millions de suiveurs. L'entreprise voulait que le président supprime trois tweets postés la veille. S'il les avait retirés, il n'aurait quand même pu tweeter durant une période de douze heures en guise de sanction.Depuis les élections de novembre dernier, Twitter a placé des avertissements auprès de messages du président, dans lesquels il propageait de la désinformation, comme au sujet des résultats du scrutin. Le site de messagerie avait mis en garde contre le fait que les informations contenues dans ces tweets 'pouvaient être trompeuses' ou à tout le moins 'douteuses'.Plusieurs médias sociaux, dont Facebook, ont exclu Trump depuis l'envahissement du Capitole, qui causa la mort de cinq personnes. Hier, Snapchat annonça lui aussi qu'il allait clôturer de manière permanente le compte de Trump. En plus des raisons de sécurité, Snapchat évoqua aussi 'la diffusion de fausses informations, de propos haineux et d'incitations à la violence' comme des causes du bannissement.