Grosso modo, les choses ne vont pourtant pas mal pour Intel. Son chiffre d'affaires au premier trimestre s'est établi à 18,4 milliards de dollars, en baisse de sept pour cent par rapport à la même période de l'année dernière, mais son bénéfice net a été de 8,1 milliards de dollars, en hausse de 141 pour cent.

Il convient toutefois de nuancer ces chiffres. C'est ainsi que la baisse du chiffre d'affaires ne concerne que le Client Computing Group (CCG), la plus importante division d'Intel avec ses 9,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires (13 pour cent de moins qu'il y a un an).

Les autres départements tels le Datacenter and AI Group, le Network and Edge Group, l'Accelerated Computing Systems and Graphics Group et Mobileye ont, eux, progressé de 5 à 23 pour cent. La division Intel Foundry Services (IFS) a même crû de 175 pour cent, même si cela est dû au fait que ce département n'a été créé que l'année dernière et ne pouvait donc que progresser.

Le fait que le Client Computing Group ait régressé, est dû à plusieurs raisons. Intel indique ainsi qu'elle a fourni moins de puces à Apple, laquelle avait annoncé en 2020 vouloir produire ses propres puces Apple Silicon sur base de l'architecture Arm. Suite à l'arrêt progressif de ses anciens appareils, Apple achète donc moins de puces à Intel.

Moins de ventes à Apple, mais aussi dans l'enseignement

De plus, le CFO Dave Zinsner signale que l'activité des modems a vu ses ventes diminuer, et que les fabricants d'appareils ont surtout utilisé leurs stocks restants afin de réduire leurs commandes. A noter également une demande moindre sur le marché à la consommation et sur celui de l'enseignement. Ces deux derniers marchés ont certes connu une reprise temporaire durant la crise du corona, mais ils stagnent à présent de nouveau. Les analystes de marché, tels Gartner, l'avaient du reste indiqué précédemment déjà. Le prix de vente moyen des CPU est cependant d'un quart supérieur à celui d'il y a un an.

Par ailleurs, Intel déclare qu'Intel Foundry Services (IFS, la division qui produit des puces pour d'autres entreprises) dispose actuellement de trente puces en test. Le récent rachat de Tower Semiconductor renforcera encore ce département.

Grosso modo, les choses ne vont pourtant pas mal pour Intel. Son chiffre d'affaires au premier trimestre s'est établi à 18,4 milliards de dollars, en baisse de sept pour cent par rapport à la même période de l'année dernière, mais son bénéfice net a été de 8,1 milliards de dollars, en hausse de 141 pour cent.Il convient toutefois de nuancer ces chiffres. C'est ainsi que la baisse du chiffre d'affaires ne concerne que le Client Computing Group (CCG), la plus importante division d'Intel avec ses 9,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires (13 pour cent de moins qu'il y a un an).Les autres départements tels le Datacenter and AI Group, le Network and Edge Group, l'Accelerated Computing Systems and Graphics Group et Mobileye ont, eux, progressé de 5 à 23 pour cent. La division Intel Foundry Services (IFS) a même crû de 175 pour cent, même si cela est dû au fait que ce département n'a été créé que l'année dernière et ne pouvait donc que progresser.Le fait que le Client Computing Group ait régressé, est dû à plusieurs raisons. Intel indique ainsi qu'elle a fourni moins de puces à Apple, laquelle avait annoncé en 2020 vouloir produire ses propres puces Apple Silicon sur base de l'architecture Arm. Suite à l'arrêt progressif de ses anciens appareils, Apple achète donc moins de puces à Intel.De plus, le CFO Dave Zinsner signale que l'activité des modems a vu ses ventes diminuer, et que les fabricants d'appareils ont surtout utilisé leurs stocks restants afin de réduire leurs commandes. A noter également une demande moindre sur le marché à la consommation et sur celui de l'enseignement. Ces deux derniers marchés ont certes connu une reprise temporaire durant la crise du corona, mais ils stagnent à présent de nouveau. Les analystes de marché, tels Gartner, l'avaient du reste indiqué précédemment déjà. Le prix de vente moyen des CPU est cependant d'un quart supérieur à celui d'il y a un an.Par ailleurs, Intel déclare qu'Intel Foundry Services (IFS, la division qui produit des puces pour d'autres entreprises) dispose actuellement de trente puces en test. Le récent rachat de Tower Semiconductor renforcera encore ce département.