Pour l'ensemble de l'année 2020, SAP table à présent sur un chiffre d'affaires compris entre 27,2 et 27,8 milliards d'euros sur base de cours de change constants. Précédemment, elle avait annoncé entre 27,8 et 28,5 milliards d'euros. Pour ce qui est de son bénéfice d'exploitation, SAP prévoit désormais un montant oscillant entre 8,1 et 8,5 milliards d'euros, contre 8,7 milliards précédemment. Les prévisions pour le moyen terme ont également été adaptées.

Réductions des investissements

SAP évoque la reprise d'un certain nombre de contaminations au corona ces derniers temps et la réintroduction de mesures de confinement dans certaines régions pour expliquer pourquoi la crise a sapé son redressement. A cause de cette crise, les entreprises réduisent leurs investissements, et SAP en pâtit, même si l'entreprise vend davantage de services dans le nuage.

Au troisième trimestre, son chiffre d'affaires total a régressé de 4 pour cent, ce qui correspond à un bon 6,5 milliards d'euros en moins par rapport à pareille époque de l'année dernière. Son bénéfice d'exploitation a, lui, reculé de 12 pour cent à quasiment 2,1 milliards d'euros.

Pour l'ensemble de l'année 2020, SAP table à présent sur un chiffre d'affaires compris entre 27,2 et 27,8 milliards d'euros sur base de cours de change constants. Précédemment, elle avait annoncé entre 27,8 et 28,5 milliards d'euros. Pour ce qui est de son bénéfice d'exploitation, SAP prévoit désormais un montant oscillant entre 8,1 et 8,5 milliards d'euros, contre 8,7 milliards précédemment. Les prévisions pour le moyen terme ont également été adaptées.SAP évoque la reprise d'un certain nombre de contaminations au corona ces derniers temps et la réintroduction de mesures de confinement dans certaines régions pour expliquer pourquoi la crise a sapé son redressement. A cause de cette crise, les entreprises réduisent leurs investissements, et SAP en pâtit, même si l'entreprise vend davantage de services dans le nuage.Au troisième trimestre, son chiffre d'affaires total a régressé de 4 pour cent, ce qui correspond à un bon 6,5 milliards d'euros en moins par rapport à pareille époque de l'année dernière. Son bénéfice d'exploitation a, lui, reculé de 12 pour cent à quasiment 2,1 milliards d'euros.