Selon l'IDC Worldwide Quarterly Server Tracker, les livraisons de serveurs dans les points de vente au niveau mondial ont diminué de 0,2 pour cent à un peu moins de 2,6 millions d'unités durant le premier trimestre de 2020 par rapport à la période correspondante de 2019.

Si on subdivise le marché en trois segments, les serveurs de base et d'entrée de gamme accusent un recul de 2,1 pour cent à 15,1 milliards de dollars. Les rentrées des serveurs de milieu de gamme ont régressé de 23 pour cent à un peu moins de 2,6 milliards de dollars. Quant aux serveurs haut de gamme, ils ont reculé de 9,1 pour cent à un peu moins d'1 milliard de dollars.

"Les performances du marché des serveurs furent relativement comparables à celles du quatrième trimestre, bien que légèrement plus modérées, mais avec des points positifs", déclare Sebastian Lagana, en charge des recherches en Infrastructure Platforms & Technologies chez IDC. C'est ainsi qu'ODM Direct a maintenu à un niveau élevé ses ventes auprès des 'hyperscalers' et des fournisseurs de nuages.

Ceci dit, le marché OEM a éprouvé des difficultés importantes suite à la combinaison d'un ralentissement de la demande de serveurs x86 chez les entreprises, ainsi que de restrictions au niveau de la chaîne d'approvisionnement, tous deux causés majoritairement par des effets macro-économiques.

Autrement dit, la propagation du covid-19 a provoqué une diminution de la demande de la part des entreprises. Mais le fait aussi que plusieurs usines durent fermer ou à tout le moins réduire leur production, a aussi fait en sorte que moins de serveurs ont été écoulés.

Dell reste le plus grand

A l'échelle mondiale, Dell Technologies reste le principal fournisseur de serveurs avec une part de marché de 18,7 pour cent. HPE / New H3C Group occupe la deuxième place avec 15,5 pour cent, suivi par Inspur / Inspur Power Systems avec 7,1 pour cent.

Lenovo et IBM se classent ensuite avec des parts de marché respectives de 5,6 et 4,8 pour cent. Le groupe de fournisseurs ODM Direct représenta 25,9 pour cent du chiffre d'affaires total réalisé sur les serveurs et a progressé d'une année à l'autre de 6,1 pour cent à quasiment 4,83 milliards de dollars.

Tout le monde en recul, surtout la zone EMEA

Si on considère les zones, les chiffres sont à la baisse partout. Mais c'est la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) qui régresse le plus avec 11,8 pour cent.

Le marché japonais a réussi à limiter le plus la casse à -0,5 pour cent, suivi par celui d'Amérique latine avec -2,3 pour cent, le chinois avec -2,6 pour cent et l'asiatique/pacifique (hors Japon et Chine) avec -3 pour cent. Les Etats-Unis ont régressé de 6,1 pour cent et le Canada de 8,3 pour cent.

Les rentrées générées par les serveurs x86 au premier trimestre de 2020 ont diminué de 9,1 pour cent à 16,8 milliards de dollars. Quant aux serveurs non x86, ils ont crû de 38,2 pour cent à un peu moins d'1,8 milliard de dollars par rapport à 2019.

En collaboration avec Dutch IT-Channel.

Selon l'IDC Worldwide Quarterly Server Tracker, les livraisons de serveurs dans les points de vente au niveau mondial ont diminué de 0,2 pour cent à un peu moins de 2,6 millions d'unités durant le premier trimestre de 2020 par rapport à la période correspondante de 2019.Si on subdivise le marché en trois segments, les serveurs de base et d'entrée de gamme accusent un recul de 2,1 pour cent à 15,1 milliards de dollars. Les rentrées des serveurs de milieu de gamme ont régressé de 23 pour cent à un peu moins de 2,6 milliards de dollars. Quant aux serveurs haut de gamme, ils ont reculé de 9,1 pour cent à un peu moins d'1 milliard de dollars."Les performances du marché des serveurs furent relativement comparables à celles du quatrième trimestre, bien que légèrement plus modérées, mais avec des points positifs", déclare Sebastian Lagana, en charge des recherches en Infrastructure Platforms & Technologies chez IDC. C'est ainsi qu'ODM Direct a maintenu à un niveau élevé ses ventes auprès des 'hyperscalers' et des fournisseurs de nuages. Ceci dit, le marché OEM a éprouvé des difficultés importantes suite à la combinaison d'un ralentissement de la demande de serveurs x86 chez les entreprises, ainsi que de restrictions au niveau de la chaîne d'approvisionnement, tous deux causés majoritairement par des effets macro-économiques.Autrement dit, la propagation du covid-19 a provoqué une diminution de la demande de la part des entreprises. Mais le fait aussi que plusieurs usines durent fermer ou à tout le moins réduire leur production, a aussi fait en sorte que moins de serveurs ont été écoulés.Dell reste le plus grandA l'échelle mondiale, Dell Technologies reste le principal fournisseur de serveurs avec une part de marché de 18,7 pour cent. HPE / New H3C Group occupe la deuxième place avec 15,5 pour cent, suivi par Inspur / Inspur Power Systems avec 7,1 pour cent.Lenovo et IBM se classent ensuite avec des parts de marché respectives de 5,6 et 4,8 pour cent. Le groupe de fournisseurs ODM Direct représenta 25,9 pour cent du chiffre d'affaires total réalisé sur les serveurs et a progressé d'une année à l'autre de 6,1 pour cent à quasiment 4,83 milliards de dollars.Tout le monde en recul, surtout la zone EMEASi on considère les zones, les chiffres sont à la baisse partout. Mais c'est la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) qui régresse le plus avec 11,8 pour cent.Le marché japonais a réussi à limiter le plus la casse à -0,5 pour cent, suivi par celui d'Amérique latine avec -2,3 pour cent, le chinois avec -2,6 pour cent et l'asiatique/pacifique (hors Japon et Chine) avec -3 pour cent. Les Etats-Unis ont régressé de 6,1 pour cent et le Canada de 8,3 pour cent.Les rentrées générées par les serveurs x86 au premier trimestre de 2020 ont diminué de 9,1 pour cent à 16,8 milliards de dollars. Quant aux serveurs non x86, ils ont crû de 38,2 pour cent à un peu moins d'1,8 milliard de dollars par rapport à 2019.En collaboration avec Dutch IT-Channel.