Facebook avait racheté WhatsApp en février 2014 pour 16 milliards de dollars. Jusque tout récemment, l'entreprise maintenait les données des clients du service de clavardage (chat) strictement séparées de celles de son réseau social. Mais récemment, elle a adapté ses conditions d'utilisation rendant ainsi possible l'échange.

Selon le contrôleur du respect de la vie privée d'Hambourg, cela ne peut se faire. Il y a deux ans, Facebook avait promis que les données des utilisateurs de WhatsApp ne seraient pas partagées avec les siennes. Le fait qu'on en arrive dans cette situation à présent, sans demander une autorisation explicite, va à l'encontre de la loi allemande sur le respect de la vie privée.

(ANP/WK)

Facebook avait racheté WhatsApp en février 2014 pour 16 milliards de dollars. Jusque tout récemment, l'entreprise maintenait les données des clients du service de clavardage (chat) strictement séparées de celles de son réseau social. Mais récemment, elle a adapté ses conditions d'utilisation rendant ainsi possible l'échange.Selon le contrôleur du respect de la vie privée d'Hambourg, cela ne peut se faire. Il y a deux ans, Facebook avait promis que les données des utilisateurs de WhatsApp ne seraient pas partagées avec les siennes. Le fait qu'on en arrive dans cette situation à présent, sans demander une autorisation explicite, va à l'encontre de la loi allemande sur le respect de la vie privée.(ANP/WK)