Les réponses que Facebook et sa société-mère Meta Platforms acceptent de donner, ne sont pas satisfaisantes, selon Thorning-Schmidt.

Facebook dispose d'un système spécial baptisé Cross Check, qui s'applique aux politiciens connus, aux journalistes et à d'autres célébrités. Le système a pour but d'éviter que le réseau social fasse l'objet de critiques, lorsque des messages de ces célébrités sont injustement supprimés pour avoir enfreint les règles.

Comme lors de l'évaluation des messages, Meta fait sans cesse davantage confiance à l'intelligence artificielle, des décisions toujours plus souvent incorrectes sont prises. Et si des gens y font objection, ils se voient souvent rabroués. Cela ne peut empêcher que des célébrités, qui sont souvent suivies par beaucoup de monde, fassent l'objet d'une mauvaise publicité.

Selon Facebook, Cross Check ne serait appliqué 'qu'à un petit nombre de décisions'. The Wall Street Journal a cependant dévoilé qu'il était question de 5,7 millions de célébrités. 'Nous n'en savons à coup sûr pas assez', affirme Thorning-Schmidt. L'Oversight Board a été mis en oeuvre par Facebook pour servir en quelque sorte de haute cour de justice pour déterminer si le réseau social applique correctement ses règles.

Les réponses que Facebook et sa société-mère Meta Platforms acceptent de donner, ne sont pas satisfaisantes, selon Thorning-Schmidt.Facebook dispose d'un système spécial baptisé Cross Check, qui s'applique aux politiciens connus, aux journalistes et à d'autres célébrités. Le système a pour but d'éviter que le réseau social fasse l'objet de critiques, lorsque des messages de ces célébrités sont injustement supprimés pour avoir enfreint les règles.Comme lors de l'évaluation des messages, Meta fait sans cesse davantage confiance à l'intelligence artificielle, des décisions toujours plus souvent incorrectes sont prises. Et si des gens y font objection, ils se voient souvent rabroués. Cela ne peut empêcher que des célébrités, qui sont souvent suivies par beaucoup de monde, fassent l'objet d'une mauvaise publicité.Selon Facebook, Cross Check ne serait appliqué 'qu'à un petit nombre de décisions'. The Wall Street Journal a cependant dévoilé qu'il était question de 5,7 millions de célébrités. 'Nous n'en savons à coup sûr pas assez', affirme Thorning-Schmidt. L'Oversight Board a été mis en oeuvre par Facebook pour servir en quelque sorte de haute cour de justice pour déterminer si le réseau social applique correctement ses règles.