Le piratage a été confirmé au journal Het Laatste Nieuws par le porte-parole de Jambon. Sur Twitter même, le compte signale entre autres que le CST (Cofid Save Ticket) est supprimé, alors que des tweets d'antivax y sont partagés.

Jambon n'est pas le seul politicien, dont le compte a été piraté. Tinne Van der Straeten (ministre fédérale de l'énergie) en avait en effet été la victime il y a un an, plus ou moins en même temps que le compte du ministre flamand de l'enseignement Ben Weyts.

Il n'y a actuellement pas encore de détails sur ce piratage, mais tout semble indiquer que le compte n'a pas activé la vérification à deux facteurs. Pour l'utilisateur, cette procédure consiste à entrer un mot de passe, mais aussi un code, qu'il reçoit par exemple par SMS, chaque fois qu'il se connecte à un nouvel appareil. Cela évite que quelqu'un puisse se connecter en devinant uniquement le mot de passe de l'utilisateur.

Le piratage a été confirmé au journal Het Laatste Nieuws par le porte-parole de Jambon. Sur Twitter même, le compte signale entre autres que le CST (Cofid Save Ticket) est supprimé, alors que des tweets d'antivax y sont partagés.Jambon n'est pas le seul politicien, dont le compte a été piraté. Tinne Van der Straeten (ministre fédérale de l'énergie) en avait en effet été la victime il y a un an, plus ou moins en même temps que le compte du ministre flamand de l'enseignement Ben Weyts.Il n'y a actuellement pas encore de détails sur ce piratage, mais tout semble indiquer que le compte n'a pas activé la vérification à deux facteurs. Pour l'utilisateur, cette procédure consiste à entrer un mot de passe, mais aussi un code, qu'il reçoit par exemple par SMS, chaque fois qu'il se connecte à un nouvel appareil. Cela évite que quelqu'un puisse se connecter en devinant uniquement le mot de passe de l'utilisateur.