Les utilisateurs de Twitter qui, plus tôt cette semaine, étaient tombés dans le piège 'lol, is this you', sont à présent en train d'expédier des pourriels (spam) en masse par direct mail. Leurs comptes sont en effet tombés entre les mains de cybercriminels.

Il y a quelques jours, nous vous informions d'une attaque d'hameçonnage ('phishing') à grande échelle sur Twitter en vue de dérober des données de connexion (logins). Nombre d'utilisateurs avaient reçu dans leur mailbox Twitter un message ayant comme sujet: 'lol, is this you'.

Quiconque y cliquait et saisissait ses données de connexion, voyait son compte être aussitôt contrôlé par les auteurs du pourriel. Ceux-ci envoient à présent en masse des messages vers les contacts des comptes infectés (du genre: hhey, i've been having better sex and longer with this here, ou hi, i'm 24/female/horny... i have to get off here but message me on my windows live messenger name). Même le compte Twitter de Brussels Airlines s'est entre-temps fait prendre.

Si vous ne faites que recevoir le message malfaisant dans votre mailbox Twitter, il n'y a pas encore péril en la demeure. Mais si vous constatez que votre ordinateur est en train d'envoyer ce message de lui-même, mieux vaut alors changer de mot de passe.

Twitter a été informée du problème, mais n'a pas encore officiellement réagi.

Les utilisateurs de Twitter qui, plus tôt cette semaine, étaient tombés dans le piège 'lol, is this you', sont à présent en train d'expédier des pourriels (spam) en masse par direct mail. Leurs comptes sont en effet tombés entre les mains de cybercriminels. Il y a quelques jours, nous vous informions d'une attaque d'hameçonnage ('phishing') à grande échelle sur Twitter en vue de dérober des données de connexion (logins). Nombre d'utilisateurs avaient reçu dans leur mailbox Twitter un message ayant comme sujet: 'lol, is this you'. Quiconque y cliquait et saisissait ses données de connexion, voyait son compte être aussitôt contrôlé par les auteurs du pourriel. Ceux-ci envoient à présent en masse des messages vers les contacts des comptes infectés (du genre: hhey, i've been having better sex and longer with this here, ou hi, i'm 24/female/horny... i have to get off here but message me on my windows live messenger name). Même le compte Twitter de Brussels Airlines s'est entre-temps fait prendre. Si vous ne faites que recevoir le message malfaisant dans votre mailbox Twitter, il n'y a pas encore péril en la demeure. Mais si vous constatez que votre ordinateur est en train d'envoyer ce message de lui-même, mieux vaut alors changer de mot de passe. Twitter a été informée du problème, mais n'a pas encore officiellement réagi.