Deux entreprises technologiques de Flandre occidentale, Punch et Transics, ont lancé chacune une offre sur l'ancien parc Flanders Language Valley de L&H à Ypres. Punch déclare avoir fait l'offre la plus haute, mais Transics a déposé une plainte à propos de la procédure suivie.

Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Standaard. Punch International a annoncé, hier, par voie de communiqué de presse qu'elle allait acquérir très probablement le parc d'activités yprois Flanders Language Valley (FLV) grâce à une offre de 6,66 millions d'euros. Elle obtiendrait ainsi tout le terrain, l'Auris Center installé en son centre et l'ensemble des 18 modules du parc de la West-Vlaamse Intercommunale WVI. Punch entend y regrouper ses activités internationales.

Le tribunal du commerce doit encore approuver l'offre. Reste à savoir si tel sera bien le cas car l'autre partie intéressée, Transics, a introduit une plainte à propos de la procédure suivie. A l'origine, Transics voulait acheter 3 modules, mais elle préparait aussi une offre sur l'ensemble du parc FLV. Selon Walter Mastelinck, CEO, son entreprise n'a cependant pas bénéficié d'une chance réelle car elle ignorait qu'il y avait une date butoir cruciale dans le dossier. Elle n'en a été informée que juste avant l'expiration du délai imparti, ce qui ne lui a pas donné le temps de présenter une offre correcte. Transics cherche à s'étendre à Ypres et ne verrait pas d'un bon oeil d'être un locataire de son 'rival' Punch.

Deux entreprises technologiques de Flandre occidentale, Punch et Transics, ont lancé chacune une offre sur l'ancien parc Flanders Language Valley de L&H à Ypres. Punch déclare avoir fait l'offre la plus haute, mais Transics a déposé une plainte à propos de la procédure suivie. Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Standaard. Punch International a annoncé, hier, par voie de communiqué de presse qu'elle allait acquérir très probablement le parc d'activités yprois Flanders Language Valley (FLV) grâce à une offre de 6,66 millions d'euros. Elle obtiendrait ainsi tout le terrain, l'Auris Center installé en son centre et l'ensemble des 18 modules du parc de la West-Vlaamse Intercommunale WVI. Punch entend y regrouper ses activités internationales. Le tribunal du commerce doit encore approuver l'offre. Reste à savoir si tel sera bien le cas car l'autre partie intéressée, Transics, a introduit une plainte à propos de la procédure suivie. A l'origine, Transics voulait acheter 3 modules, mais elle préparait aussi une offre sur l'ensemble du parc FLV. Selon Walter Mastelinck, CEO, son entreprise n'a cependant pas bénéficié d'une chance réelle car elle ignorait qu'il y avait une date butoir cruciale dans le dossier. Elle n'en a été informée que juste avant l'expiration du délai imparti, ce qui ne lui a pas donné le temps de présenter une offre correcte. Transics cherche à s'étendre à Ypres et ne verrait pas d'un bon oeil d'être un locataire de son 'rival' Punch.